AMD Zen, première démonstration du nouveau CPU du fondeur

Le monde de l’informatique domestique connait principalement deux fabricants de processeur, Intel et AMD. Si le premier était au début des années 2000 le plus prolifique du duo de fondeurs, il a mal négocié le virage mobile, et après plusieurs essais dans ce marché au milliard d’appareils, Intel a jeté l’éponge. AMD, quant à lui, ne s’est jamais risqué à l’aventure des smartphones et tablettes.

Si la petite guerre entre Intel et AMD ne date pas d’hier, le premier a toujours eu une longueur d’avance sur son dauphin. Ce dernier a cependant bien l’intention de remettre les pendules à l’heure, avec un nouveau type de processeurs, en préparation depuis 4 ans dans ses laboratoires.

AMD Zen

AMD vient de présenter un nouveau processeur très prometteur, Zen.

AMD travaille donc sur Zen, sa nouvelle architecture processeur, et promet de revenir fort sur le marché des CPU.

Que propose exactement Zen ?

Zen est une architecture processeur développée en interne par AMD depuis 2012 et, aux dires de ses dirigeants, celle-ci est suffisamment arrivée à maturité pour être présentée au grand-public.

Zen regorge d’atouts, du moins c’est qu’avance AMD, qui croit fermement en son nouveau CPU. Cependant, qu’a-t-il réellement dans le ventre ?

Le fondeur a le sens de la formule et il évoque ainsi un saut “quantique” lorsqu’il compare Zen à Bulldozer, sa précédente architecture CPU. Pour parvenir à ce résultat, ses équipes ont optimisé quelques aspects jadis négligés, des aspects en rapport avec les performances décuplées en mode single-core.

Ainsi, AMD indique que sa puce sera capable de gérer 1,75 fois plus d’instructions que la quatrième et dernière itération de l’architecture Bulldozer.

La mémoire cache demeure de 8 Mo L3 sur ce nouveau processeur, mais AMD indique qu’elle jouit d’une bande passante lui procurant 5 fois plus de célérité fonctionnelle. La plus grosse nouveauté de Zen par rapport à ce que propose déjà AMD, est sans conteste l’apport d’un véritable système de gestion simultanée multi-core (SMT ou Simultaneous Multi-Threading). Grâce à ce système, chaque coeur du processeur sera poussé à ses limites.

L’approche d’AMD est un peu plus rugueuse cependant. Les processeurs Zen seront en effet capables de créer des coeurs virtuels pour les ajouter aux coeurs originels de la puce. Le système d’exploitation verra ainsi le double de coeurs physiquement présents au sein du processeur.

Si une puce Zen embarque huit coeurs, par exemple, alors le système en verra seize. AMD a fait ce choix pour pouvoir mieux mettre à profit la puissance de calcul de chaque coeur. Dans l’ensemble, AMD évoque un gain de 40 % en nombre d’instructions par cycle (IPC) comparé à Excavator.

Meilleure gravure, moins de conso

Pour rappel, plus la gravure des circuits d’un processeur est fine et plus l’autonomie de l’appareil qu’il fait tourner est accrue. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il consomme moins d’énergie.

AMD affirme que sa nouvelle architecture gravée en 14 nm permettra de proposer des puces consommant moins à fréquence égale, ou des puces consommant une quantité d’énergie identique à une fréquence plus élevée . Ce gain d’énergie pourrait même s’avérer plus important, grâce à l’optimisation des paliers de fréquence opérée par le fondeur.

Si Zen ne dépassera pas la barre fatidique des 4 GHz, ces puces semblent tout de même efficaces. Notamment lorsqu’on les compare aux derniers processeurs sortis des laboratoires de Intel.

Les premiers tests réalisés par AMD mettaient en effet en confrontation un CPU basé sur Zen, un CPU fonctionnant à 3 GHz, et un processeur Intel Core i7 6900K bridé à la même fréquence. Les résultats ont été sans appel, la puce développée par AMD a réussi à proposer un rendu plus rapide que sa concurrente sur Blender tout en consommant moins d’énergie que cette dernière.

Il faut tout de même noter que ces tests ont été conduits par AMD.

AMD table sur une arrivée des premières puces Zen d’ici la fin de l’année, pour une production en masse intervenant au premier trimestre 2017.

Mots-clés amd