Amelia Earhart : et si le mystère de sa disparition pouvait être élucidé grâce aux crabes de cocotier ?

Les crabes de cocotier sont les plus grands invertébrés terrestres de la planète. Ils peuvent mesurer jusqu’à 0,9 mètre de large, atteindre plus de 4 kg et leurs énormes pinces exercent plus de force que la plupart des animaux. De véritables petits monstres sur pattes qui abondent sur l’île de Nikumaroro, là où les membres d’une expédition parrainée par le National Geographic recherchent actuellement les traces d’Amelia Earhart.

Et ils suspectent les crabes de cocotier d’être impliqués dans la disparition du corps de l’aviatrice américaine disparue le 2 juillet 1937 dans la région de l’archipel des îles Phœnix (actuelles Kiribati).

Crédits Pixabay

Les terrifiants crabes de cocotier

Pendant la journée, les scientifiques peuvent facilement éviter les gigantesques crabes de cocotier lorsqu’ils effectuent l’essentiel de leurs travaux sur l’atoll du Pacifique. En effet, ceux qui émergent de leur terrier dans la chaleur tropicale intense passent leur temps à l’ombre des cocotiers ou parmi les branches des arbres. Oui, ils peuvent aussi grimper aux arbres !

Mais comme l’explique John Clauss, membre de l’International Group for Historic Aircraft Recovery (TIGHAR) qui a participé à plus de dix des expéditions organisées sur l’île : la nuit “les crabes se rapprochent de vous”, et ils viennent en masse. Clauss et ces collègues ont donc appris à ne pas dormir par terre.

En fait, les crabes de cocotier jouent un rôle essentiel dans l’hypothèse de TIGHAR sur ce qui est arrivé à Amelia Earhart après sa disparition avec le navigateur Fred Noonan le 2 juillet 1937, à l’avant-dernière étape de leur vol mondial. L’organisation pense que lorsque Earhart et Noonan n’ont pas pu trouver Howland, l’île du Pacifique qu’ils visaient, ils ont atterri en lieu et place sur Nikumaroro, alors appelée Gardner.

Finalement, selon la théorie, Noonan est mort et l’avion a été emporté par la mer loin du récif, laissant Earhart seule sur l’île.

Des crabes qui raffolent de chair et d’os

En 1940, les Britanniques ont établi une colonie sur l’île de Nikumaroro. Cette année-là, Gerald Gallagher, l’administrateur colonial de l’île, envoya un télégramme informant ses supérieurs qu’ils avaient trouvé un squelette humain partiel “qui est peut-être celui d’Amelia Earhardt”.

Les os, 13 au total, avaient alors été envoyés à Fidji pour être examinés, puis ont été perdus.

Sachant qu’un squelette humain adulte compte 206 os, les chercheurs se demandent ce qui a bien pu arriver aux 193 os qui n’ont pas été retrouvés. Et les preuves incriminent les crabes de cocotier, qui ont gagné leur surnom de « crabes voleurs ». Dans sa description du lieu de découverte des ossements, Gallagher a déclaré que “les crabes de cocotier avaient éparpillé de nombreux os”. Et on sait que ces crustacés étant omnivores, ils mangent des noix de coco (bien sûr), mais aussi des fruits, des rongeurs, des oiseaux, d’autres crabes et des charognes.

Pour mener l’enquête, l’équipe de TIGHAR a effectué plusieurs expériences pour voir si les crabes ramèneraient des os dans leur terrier. Dans l’une d’elles, ils ont amené une carcasse de porc sur l’île et ont filmé ce qui lui est arrivé. Les crabes de cocotier, et les bernard-l’hermite (plus petits et plus nombreux), ont envahi le corps, engloutissant l’essentiel de la chair en moins de deux semaines.

Un an après l’expérience, l’équipe a découvert que certains os avaient été traînés à une vingtaine de mètres du corps. Mais l’expérience n’était pas suffisamment probante pour imputer la disparition de la quasi-totalité des os aux crabes. “Cela nous apprend que les crabes emportent les os”, affirme Tom King, l’ancien archéologue en chef du groupe “,mais cela ne nous dit pas jusqu’à quel point.”

Les recherches se poursuivent

King pense qu’il est probable qu’Earhart ait péri sur l’île comme naufragé. Après sa mort, les crabes auraient consumé son corps et auraient traîné ses os dans leurs terriers, à l’exception bien sûr des treize découverts par Gallagher. Pendant l’expédition en cours actuellement, King et son équipe vont fouiller autour de la base d’un arbre dans la partie sud-ouest du Nikumaroro, où des chiens médico-légaux ont signalé il y a deux ans les traces d’un cadavre.

À ce moment-là l’équipe n’avait pas trouvé d’ossements, mais ils avaient amené des chiens de la Canine Forensics Foundation afin de détecter d’autres lieux à proximité du site, notamment un site près de l’endroit où l’avion a pu atterrir, un site où se trouvaient des coquilles ouvertes, et un trou où ils pensaient que le crâne avait été retrouvé.

L’équipe espère découvrir la source de l’odeur qui a alerté les chiens la première fois, peut-être un terrier de crabe disparu depuis longtemps où reposent les restes d’Amelia Earhardt.