Amelia Earhart : sa dernière lettre retrouvée

La disparition d’Amelia Earhart reste à ce jour l’un des plus grands mystères jamais élucidés. Pour rappel, cette dernière est devenue une légende de l’aviation en 1937. Amelia Earhart est en effet la première femme pilote à avoir tenté le tour du monde à bord d’un avion. Malheureusement, elle n’y est jamais arrivée.

Alors qu’elle mettait le cap sur l’atoll Howland avec son navigateur Fred J. Noonan, leur avion a disparu sans laisser de traces. A l’époque, les autorités avaient mobilisé toutes les ressources qui étaient à leur disposition pour tenter de les retrouver. Leurs recherches sont toutefois restées infructueuses.

Crédits Pixabay

Aujourd’hui, les noms d’Amelia Earhart et Fred Noonan refont surface, et ce, pour une raison bien particulière. Comme nous l’apprennent nos confrères du site iHeartRADIO, un homme a retrouvé des lettres qui ont été écrites quelques jours avant leur disparition.

Des lettres bien conservées

Ces lettres ont été retrouvées par Hunter Person, un homme vivant à San Diego. Ce dernier aurait pris connaissance de leur existence quand il était adolescent. Hunter les aurait trouvées grâce à sa mère, Beverly, qui les a gardées pendant 40 ans. Selon lui, cette dernière était une amie proche de Fred Noonan.

Le navigateur d’Amelia Earhart entretenait une correspondance régulière avec Beverly depuis ses 15 ans. Hunter a déclaré que sa mère avait en sa possession quatre lettres écrites par Fred Noonan alors qu’il voyageait avec Amelia Earhart. D’après lui, Beverly n’était encore qu’une adolescente quand elle les a reçues entre 1935 et 1937.

Des récits de voyage

Les lettres de Fred Noonan devraient nous en apprendre plus sur les derniers jours d’Amelia Earhart. En effet, comme le raconte Hunter Person, elles contenaient des détails de leurs voyages.  L’une d’entre elles portait un cachet de la poste datant du 23 juin 1937. Elle aurait été envoyée du Grand Hotel d’Indonésie seulement huit jours avant la disparition de Fred et d’Amelia.

Hunter Person savait à quel point ces lettres étaient importantes. Il les a alors données aux experts du San Diego Air and Space Museum en espérant qu’elles puissent les aider à élucider le mystère sur la disparition de l’aviatrice et de son navigateur. Pour Jim Kidrick, un chercheur du San Diego Air and Space Museum, ces lettres sont inestimables.

« C’est sans précédent. C’est comme le journal intime de quelqu’un. C’est une révélation à laquelle nous ne nous attendions pas. »