Une ancienne amulette “magique” redécouverte après une disparition de 40 ans

Il y a 40 ans de cela une amulette censée protéger son porteur contre le mauvais œil a été découverte par un certain Tova Haviv, à Tibériade, au nord d’Israël. Ce dernier était considéré comme l’un des premiers membres de la communauté d’Arbel. Récemment, cette amulette portant le nom du Dieu d’Israël a été remise aux responsables de l’Autorité israélienne des antiquités.

C’est un des membres de la famille de Tova Haviv qui a rapporté le talisman. Son acte a été salué par les autorités à travers un communiqué publié le 2 juin 2021. Pour eux, la restitution de cette amulette est la preuve d’un « bel esprit de citoyenneté. »

Les ruines d'une ancienne construction
Crédits Pixabay

D’après les chercheurs, ce pendentif nous en dit beaucoup sur les croyances de la communauté juive au 5ème ou 6ème siècle.

Une amulette ornée d’inscriptions

Les premières observations suggèrent que cette amulette date de la période byzantine. En partant de ce constat, les chercheurs ont déclaré qu’elle devait être âgée d’environ 1500 ans. L’apparence de ce bijou est des plus intrigantes. Il est en effet orné de plusieurs inscriptions qui en disent long sur ce qu’il représentait à l’époque pour celui qui le portait.

Pour commencer, l’amulette arbore les quatre lettres suivantes : IAWƟ. Il s’agit du mot grec pour Yahvé ou YHWH en hébreu. Sur l’une de ces faces, on retrouve l’image d’un cavalier sur un cheval. Il porte une lance qu’il pointe sur une femme. On peut aussi voir un halo autour de sa tête. Au-dessus de celui-ci se trouve l’inscription grecque qui signifie « Celui qui conquiert le mal. »

A lire aussi : Un mystérieux dessin géant caché dans le désert

Une protection contre les démons et le mauvais œil

Sur son autre face, les chercheurs ont noté la présence d’un œil percé par des flèches. Il s’accompagne entre autres des représentations d’un lion, d’un oiseau, d’un serpent et d’un scorpion. L’inscription « Un Dieu unique » complète l’ensemble.

Pour les experts, cela ne laisse aucun doute sur l’utilité de cette amulette également connue sous le nom de « sceau de Salomon. »

« Même si les spécialistes disent généralement que ceux qui portaient de telles amulettes étaient des chrétiens ou des gnostiques, le fait que le pendentif ait été retrouvé dans une implantation juive qui comptait une synagogue au 5ème ou 6ème siècle de l’ère commune pourrait indiquer que même les Juifs, à ce moment-là, portaient des talismans de ce type pour se protéger contre le mauvais œil et les démons. »

Le chercheur Eitan Klein a souligné que cette amulette fait certainement partie d’un ensemble de talismans.

Mots-clés archéologie