Anatoly Moskvin, l’homme qui transformait des cadavres en poupées

Si l’on entend souvent parler d’histoires de momies et d’exhumations de cadavres dans les films d’horreur, l’histoire d’Anatoly Yuryevich Moskvin, elle, est loin d’appartenir au monde du cinéma. Moskvin est un linguiste, philologue et historien né en Russie le 1er septembre 1966, et ce qui sort de l’ordinaire chez lui c’est qu’il a été arrêté en 2011 pour avoir momifié et caché les corps de 26 filles dans son appartement.

Les cadavres que Moskvin a momifiés et habillés en poupées provenaient de cimetières locaux, c’est-à-dire de la région de Nizhny Novgorod. Bien que l’homme habitât avec ses parents, ces derniers ignoraient qu’il s’agissait de corps humains mais pensaient que c’étaient des poupées géantes.

Crédits Pixabay

Moskvin a été interné dans un hôpital psychiatrique après avoir passé une évaluation psychiatrique en 2012, une condamnation ordonnée par le tribunal. L’évaluation a indiqué que l’homme souffrait de schizophrénie paranoïde.

Une carrière et une vie professionnelle plutôt réussies

Même si apparemment Moskvin avait des problèmes psychiatriques, cela ne semblait pas affecter sa vie professionnelle. En effet, l’homme parlait 13 langues et était à une époque maître de conférences en études celtiques à Nizhny Novgorod Linguistic University. Il a également travaillé à l’Institut des Langues Etrangères. En plus d’avoir écrit plusieurs livres et articles connus, il était aussi un expert concernant les cimetières de Nizhny Novgorod. 

Entre 2005 et 2007, Moskvin a travaillé sur le recensement des morts dans plus de 700 cimetières de 40 régions de Nizhny Novgorod Oblast. L’éditeur du journal hebdomadaire Necrologies, Alexei Yesin avait décrit à l’époque le travail de Moskvin comme étant « unique et inestimable ».

Moskin a également écrit des articles pour le journal Nizhny Novgorod Worker entre 2006 et 2010. En 2008, plusieurs séries d’articles qu’il a rédigées sur l’histoire des cimetières de Nizhny Novgorod ont été publiées dans le journal.

A lire aussi : La vraie histoire de Thanksgiving

Arrestation et condamnation

Suite à une enquête effectuée par la police sur de nombreux cas de profanation de cimetières dans la région de Nizhny Novgorod, Moskvin a été arrêté le 2 novembre 2011. Un total de 26 corps a été découvert chez lui, notamment dans son appartement et dans son garage. Les cadavres étaient placés dans de petites pièces pleines de livres et de papiers, à différents endroits tels que sur des canapés et des étagères. La police a aussi trouvé chez lui des plaques en métal retirées des pierres tombales, des instructions pour la fabrication de poupées, des cartes représentant les cimetières de la région ainsi que des vidéos et des photos de plusieurs tombes ouvertes et de corps exhumés.

A l’origine, Moskvin avait été condamné suivant l’Article 244 du Code Criminel pour avoir profané des tombes et des cadavres, une condamnation qui peut mener au maximum à cinq ans de prison. Toutefois, une évaluation psychiatrique a montré qu’il souffrait d’une schizophrénie paranoïde, ce qui a conduit le tribunal du District de Leninsky de Nizhny Novgorod à le libérer de sa responsabilité pénale. Il a quand même été condamné à des « mesures médicales coercitives » et a été transféré dans une clinique psychiatrique. Son traitement psychiatrique a été prolongé de nombreuses fois, et en février 2019, une autre évaluation psychiatrique a déterminé qu’il ne pouvait pas encore être libéré.

A lire aussi : L’histoire de la Watcher House

Après son arrestation, Moskvin a expliqué dans une interview pourquoi il avait commis ces crimes. Il a confié qu’il ressentait de la sympathie pour les enfants morts et pensait qu’il serait possible de les ramener à la vie grâce à la magie noire ou à la science. C’est ainsi que Moskvin a commencé à faire des recherches dans la rubrique nécrologie pur trouver des enfants morts récemment. Lorsqu’il trouvait un cas qui lui convenait, il allait dormir sur la tombe du défunt pour lui parler, s’inspirant des anciens druides de la culture celtique qui pouvaient ainsi communiquer avec l’esprit des défunts. Il a expliqué que cela lui permettait de savoir si l’esprit souhaitait être ramené à la vie. Il a aussi affirmé qu’au début, il n’a jamais déterré la tombe d’un enfant sans sa permission.

Avec l’âge, dormir sur les tombes est devenu assez pénible pour Moskvin, alors il a commencé à ramener les corps chez lui. Pour les préserver, il a fait des recherches sur les techniques de momification et a aussi appris des méthodes pour fabriquer des poupées, notamment pour donner aux enfants un corps fonctionnel quand il trouvera un moyen de les ramener à la vie. Selon la déclaration de Moskvin, il était conscient qu’il commettait un crime, mais il a préféré choisir de répondre à « l’appel » des enfants morts qui, selon lui, voulaient être sauvés, plutôt que suivre la loi.

D’autre part, Moskvin a aussi été motivé par son désir d’avoir un enfant, plus précisément une fille. Il semblerait même qu’il a une fois essayé d’en adopter une, mais la demande n’a pas été acceptée à cause de sa situation financière. En ce qui concerne ses sentiments pour les poupées, il a déclaré qu’il les considérait comme ses propres enfants et qu’il n’a jamais ressenti aucune attirance sexuelle à leur encontre.

A lire aussi : The Silent Twins ou l’histoire des jumelles qui ne parlaient pas