Cet étonnant champignon a 115 millions d’années

Le plus ancien fossile de champignon vient d’être découvert par des chercheurs au Brésil. Selon l’estimation, celui-ci daterait d’environ cent quinze millions d’années. En d’autres termes, cette espèce poussait à l’ère du Mésozoïque, communément appelé « âge des reptiles ». Il s’agit d’un fossile rare qui aurait été hasardeusement enterré et conservé dans les sédiments d’un lagon.

Les scientifiques l’ont baptisé « Gondwanagaricites magnificus ». Ils l’ont classé dans l’ordre des agaricales. Il présente effectivement des similitudes remarquables avec ses descendants contemporains, selon une analyse faite au microscope électronique. C’est un petit champignon qui pouvait pousser jusqu’à cinq centimètres de hauteur.

Champignon

Les résultats de l’étude ont été présentés le 07 juin 2017 dans la revue américaine Plos One.

Un fossile étonnant

Le Pr Sam Heads est un paléontologiste de l’Université d’Illinois à Urbana-Champaign et le co-auteur de la recherche. Pour lui, « Ce fossile est assez étonnant car les champignons sont vraiment éphémères. » Il a expliqué qu’en principe, « Dès qu’ils sortent de terre, ils poussent et généralement disparaissent en quelques jours. »

Par ailleurs, la structure de ce champignon est fragile. Il a en effet la caractéristique de se dégrader a après avoir poussé. Ce qui fait que les chances de fossilisation sont extrêmement faibles.

Les chercheurs ont alors proposé un scénario selon lequel ce champignon serait tombé dans une rivière sous l’effet d’une érosion. La fossilisation aurait donc eu lieu dans les sédiments d’un lagon. La présence de fossiles d’insectes et de plantes sur le même site pourrait confirmer l’hypothèse.

Le Pr Heads a souligné que l’eau du lagon présentait un taux très élevé de salinité. De plus, elle ne contenait pas d’oxygène, ce qui créait des conditions défavorables à l’existence de toute forme de vie.

Responsable de la transition des végétaux

Les chercheurs ont noté que l’évolution de ce champignon se serait effectuée en parallèle avec celle des plantes. Il aurait ainsi joué un rôle primordial dans le processus de transition des végétaux. Sans celui-ci, ces derniers n’auraient jamais pu sortir du milieu aquatique pour peupler l’environnement terrestre.

Ce serait donc au moment où « Gondwanagaricites magnificus » est sorti de terre que les premières plantes à fleurs sont nées.

« Il y avait aussi des dinosaures qui piétinaient ces lieux et des ptérosaures qui volaient dans le ciel ainsi qu’une faune très différente. » a ajouté le professeur, imaginant cette époque lointaine où l’humanité n’était rien de plus qu’une lointaine et indiscernable utopie.

Mots-clés insolite