André le Géant, retour sur la vie d’un catcheur pas tout à fait comme les autres

André René Roussimoff, dit André the Giant (soit André le Géant en français), est né le 19 mai 1946 à Grenoble, en France. Ce légendaire catcheur et acteur français mesurait 2,24 m pour 235 kg, d’où son surnom. Il a catché à Montréal sous le pseudonyme de Jean Ferre, au Japon, en tant que “Monster Roussimoff”, et en 1973, il faisait ses débuts au Madison Square Garden sous le pseudonyme de “Andre the Giant”.

Il a été l’un des catcheurs les plus populaires de la WWF (maintenant la WWE) et a joué dans quelques films. André est mort en 1993.

André le Géant : image 1

Histoire d’une légende mondiale du catch

André the Giant souffrait d’acromégalie, ou « gigantisme », un trouble endocrynologique qui pousse le corps à sécréter des quantités excessives d’hormones de croissance et provoque une croissance continue, surtout de la tête, des mains et des pieds. Il aurait hérité de la maladie de son grand-père. Roussimoff, membre d’une fratrie de cinq frères et sœurs, a quitté la petite ferme de sa famille à l’âge de 14 ans. Après s’être entraîné avec le champion français de catch Frank Valois, il commence sa carrière de catcheur à Montréal sous le nom de Jean Ferre puis au Japon en tant que “Monster Roussimoff”.

Il devient connu pour son visage de bébé et son physique hors norme, et s’avère très vite être quasi imbattable dans les circuits de catch du Canada. Valois, qui agissait comme son manager, a alors organisé une réunion avec le promoteur de catch américain Vince McMahon, Sr. En 1973, Roussimoff fait ses débuts au Madison Square Garden en tant que “Andre the Giant”.

Au cours des années 1970, il a catché plus de 300 jours par an et est devenu l’un des athlètes professionnels les plus célèbres du monde. Bien qu’il n’ait jamais levé de poids, il était considéré par certains comme l’homme le plus fort du monde. André the Giant est resté au sommet du catch mondial jusqu’à la fin des années 1980, affrontant Hulk Hogan pour le titre poids lourd de la World Wrestling Entertainment, Inc. (WWE) en 1987.

André le Géant : image 2

Quelques faits mémorables d’André the Giant

Quand Andre The Giant défia Hulk Hogan pour la WWF (à l’époque) lors du WrestleMania III en 1987, il n’avait pas perdu un seul match depuis 1971. Sa série de plus de 3000 victoires se termina quand Hogan souleva le géant de 2,24 m et 235 kg et le projeta au sol pour l’immobiliser. 93 000 spectateurs ont assisté à ce combat de légende, un record d’audience pour un spectacle en salle aux États-Unis, qui ne fut battu que par une visite du Pape Jean-Paul II.

Andre a également défié et vaincu le boxeur poids lourd Chuck Wepner le 25 juin 1976 lors d’un match « catcheur vs boxeur » sur la sous-carte du combat Muhammad Ali / Antonio Inoki au Japon. Le boxeur de 1,96 m et plus de 100kg a été littéralement projeté hors du ring.

Au sommet de sa forme, Roussimoff mesurait probablement 2,1 m de haut, bien qu’il était annoncé à 2,24 m. Il pesait près de 227 kg et était aussi célèbre pour son immense capacité à engloutir l’alcool et la nourriture – il a été estimé une fois qu’il consommait 7 000 calories par jour en alcool seulement. Sa stature phénoménale lui a aussi ouvert les portes du cinéma, où il a notamment joué le rôle de Fezzik, le doux géant, dans le film Princess Bride de Rob Reiner sorti en 1987. Il est également apparu dans plusieurs autres films et émissions de télévision. Roussimoff, qui ne s’est jamais marié, vivait la majeure partie de l’année dans un ranch de 81 hectares à Ellerbe, en Caroline du Nord.

André le Géant : image 3

La mort du géant

Malheureusement, à mesure qu’il prenait de l’âge, la taille de Roussimoff lui causait de fréquents problèmes de santé. En 1986, il subit une intervention chirurgicale pour soulager sa colonne vertébrale et est obligé de porter une attelle de dos lorsqu’il combat désormais. En 1992, il subit une opération du genou et son surpoids commence à l’immobiliser. Il continue cependant à catcher, apparaissant pour la dernière fois au Japon, pays où il avait toujours été le plus célébré, en décembre 1992. Le 27 janvier 1993, Roussimoff meurt d’une crise cardiaque (âgé de 47 ans) dans sa chambre d’hôtel à Paris, où il était resté après l’enterrement de son père moins de deux semaines auparavant.

Crédits Image