Anne Frank : des parties cachées du journal ont refait surface

En début de semaine, deux instituts néerlandais travaillant en collaboration avec la maison d’Anne Frank ont annoncé que des chercheurs ont découvert deux pages jusqu’à ce jour restées inédites du journal de la légendaire Anne Frank, jeune Allemande décédée dans le camp de Bergen-Belsen en 1945.

D’après les scientifiques, ces pages du journal d’Anne Frank contenaient des blagues et des réflexions à caractères sexuels. On découvre ainsi que la jeune Allemande se posait des questions sur sa sexualité.

Ronald Leopold, directeur de la Maison d’Anne Frank, a indiqué que la jeune fille écrivait sur la sexualité de manière désarmante. Selon lui, Anne Frank était comme toutes les adolescentes de son âge et se posait ainsi d’innombrables questions sur le sujet.

Des pages dissimulées par du papier kraft

Les deux pages du journal d’Anne Frank qui ont récemment été découvertes étaient recouvertes de papier kraft, mais grâce à la technologie de traitement de l’image, les scientifiques ont pu déchiffrer leur contenu.

Les chercheurs ont donc pu lire sur la première page la phrase suivante écrite par Anne Frank : « Je vais utiliser cette page pour écrire des blagues salaces. » Comme indiqué sur cette page, la jeune fille a commencé à écrire ces blagues le 28 septembre 1942. Elle était alors âgée de 13 ans.

Anne Frank et l’éducation sexuelle

Sur ces deux pages, Anne Frank avait écrit 4 blagues graveleuses et 33 lignes faisant référence à l’éducation sexuelle et aux prostitués. Selon Ronald Leopold, ces découvertes permettront à la génération actuelle de mieux comprendre le personnage d’Anne Frank.

On apprend grâce à elles que la jeune fille se posait de nombreuses questions sur l’éducation sexuelle.

« Elle a souligné l’importance d’avoir une éducation sexuelle complète et de qualité et ne pas comprendre pourquoi les adultes étaient si discrets sur le sujet. » Les scientifiques se demandent aujourd’hui pourquoi Anne Frank avait recouvert ces pages de papier kraft. Toutefois dans son journal, elle évoque sa crainte que d’autres puissent découvrir ses secrets.

Les chercheurs qui ont contribué à la découverte de ces pages ont expliqué qu’ils avaient décidé de publier ces documents afin de ramener au premier plan la personnalité d’Anne Frank qui a toujours été présentée comme un symbole mondial de l’Holocauste.

Crédits Image

Mots-clés histoire