Anonymous : une trentaine de personnes arrêtées

Toutes les personnes qui s’intéressent un minimum au web ont forcément entendu parler des Anonymous, ce fameux groupe désorganisé et qui est à l’origine de plusieurs attaques particulièrement meurtrières (virtuellement parlant). Ce dernier fait beaucoup parler de lui depuis un moment déjà et c’est sans doute ce qui a poussé les autorités de plusieurs pays à s’intéresser d’un peu plus près à cette organisation. Oui, et bien figurez-vous que la police espagnole et la police turque seraient ainsi parvenues à arrêter une trentaine de membres présumés…

Anonymous : une trentaine de personnes arrêtées

C’est en effet hier que la police espagnole a annoncé avoir arrêté trois dirigeants du groupe Anonymous. L’opération a été menée à la fois à Barcelone, à Almeria et à Alicante. D’après les autorités, ces trois pirates font partie des « responsables » de l’organisation et seraient impliqués dans plusieurs attaques récentes et ayant touché les sites de Sony ainsi que ceux de plusieurs gouvernements. Le plus étrange, dans cette histoire, c’est que les Anonymous ne sont pas hiérarchisés et qu’il n’existe par conséquent pas de « chefs » ou de « leaders ». Précisons toutefois que les autorités auraient mis la main sur un serveur utilisé pour participer aux attaques sur le PlayStation Store et que le site de la police espagnole a été attaqué par un déni de service suite à ces arrestations.

Du côté de la Turquie, ce sont pas moins de 32 personnes qui ont été arrêtées par les autorités. Ces dernières se seraient en effet attaquées à plusieurs sites gouvernementaux et la police turque serait ainsi parvenue à remonter jusqu’à la source… et donc jusqu’à eux. Là encore, il s’agit d’une grosse opération puisqu’elle a été menée dans 12 villes différentes. Notez toutefois qu’il vaut mieux prendre ces informations avec prudence, il ne s’agit peut-être rien de plus que d’une grande campagne de comm’ organisée par ces deux gouvernements.

Car en effet, les Anonymous n’ont pas tardé à répliquer et l’organisation a ainsi fait savoir que les trois personnes arrêtées en Espagne ne sont pas membres du collectif. Difficile de discerner le vrai du faux. En ce qui me concerne, ce qui me semble vraiment très bizarre, c’est qu’un hackeur conserve chez lui les preuves de son méfait. Je ne sais pas pour vous mais si j’avais pour habitude de pénétrer sur des réseaux protégés, je pense que je chercherais à dissimuler un peu mieux mes traces et j’éviterais sans doute de garder à la maison un serveur dédié à cet usage.

Après tout, avec un parc de PC Zombies, c’est tout de suite plus drôle, non ?

Via (Crédits Photo ?)

Mots-clés sécuritéweb