Anthony Levandowski, de retour aux affaires avec une nouvelle start-up ?

Anthony Levandowski, l’ex-ingénieur de Google et l’entrepreneur au cœur d’un procès de secrets industriels entre Uber et Waymo, est peut-être de retour sur la scène des véhicules autonomes. Il serait même en lien avec une nouvelle start-up enregistrée il y a à peine sept mois au secrétaire d’État de la Californie et qui porte le nom de Kache.ai.

Bien que les informations de la jeune pousse ne laissent à première vue entrevoir un quelconque lien avec Levandowski, les investigations menées par TechCrunch démontrent qu’il y a anguille sous roche.

Les références de l’entreprise ont en outre été supprimées de Linkedln peu de temps après que les enquêteurs aient voulu en savoir plus sur le dirigeant et le siège de l’entreprise.

Anthony Levandowski se cacherait-il derrière Kache.ai ?

Kache.ai n’a rien fait de particulier depuis son enregistrement. Selon les documents de la société, son dirigeant se nomme Thomas S. Lee Jr.

Une recherche sur LinkedIn a montré que l’homme est un développeur de logiciels et a participé à la fondation de deux sociétés à San Diego.

Toutefois, quand TechCrunch a voulu vérifier les informations auprès de l’entreprise, tous les renseignements sur Kache.ai ont été supprimés de LinkedIn. Autre point marquant, l’adresse qui figurait sur les informations de la société se réfère à une propriété du père et de la belle-mère de Levandowski, située à St Helena, Californie.

La belle-mère en question, qui se nomme Suzanna Musick, était la PDG de l’une des entreprises de Levandowski, 510 systems.

L’avenir de Kache.ai est encore incertain

Levandowski s’intéresser à la technologie de la conduite autonome depuis longtemps. Il a rejoint Google en 2007 où il était l’un des principaux architectes de Google Street View.

Parallèlement, il a monté 510 Systems. Il a conçu et a fabriqué le LiDAR.

Après neuf ans chez Google, Levandowski a quitté le navire pour fonder Ottomotto, plus tard devenu Otto, avec Lior Ron, Claire Delaunay et Don Burnette. Uber rachète la firme en 2016 et engage Levandowski comme chef de la recherche sur les voitures autonomes d’Uber. Malheureusement, neuf mois après, Google porte plainte contre Uber pour contrefaçon de brevet et vol de secrets commerciaux.

Le lien d’Anthony Levandowski avec Kache.ai, qui semble être une entreprise tournant autour des camions autonomes, suscite bien des questions. Le passé de voleur de données que traîne Levandowski pourra peser sur la société, surtout si celle-ci utilise LiDAR dans ses véhicules. Si l’entreprise arrive à contourner ce problème, elle pourra non seulement susciter l’intérêt des consommateurs mais aussi des investisseurs.