Apollo 11 : le lanceur lunaire ne s’est peut-être pas crashé

En juillet 1969, Neil Amstrong et Buzz Aldrin sont entrés dans l’histoire en étant les premiers hommes à avoir marché sur la Lune dans le cadre de la mission Apollo 11. Leur atterrissage sur le satellite naturel de la Terre s’est fait grâce au Lunar Excursion Module (LEM). Pendant des années, les chercheurs ont cru que l’un des deux étages de ce véhicule spatial s’était écrasé sur la Lune lorsque les deux astronautes ont regagné le module de commande qui a permis leur retour sur Terre.

Dans une récente étude publiée sur le site de préimpression arXiv, le chercheur James Meador du California Institute of Technology suggère que le module lunaire du LEM ne s’est peut-être pas crashé sur la Lune. D’après lui, il se pourrait même qu’il soit encore en orbite autour de la Lune.

Le costume d'un astronaute
Crédits Pixabay

James Meador a eu recours à plusieurs calculs pour élaborer sa théorie.

A lire aussi : On a retrouvé la balle de golf de la mission Apollo 14

Aucun impact enregistré

Le lanceur lunaire dont James Meador est celui qui a permis la remontée de Neil Amstrong et de Buzz Aldrin jusqu’au module de commande placé en orbite. Une fois arrivés à destination, les deux astronauteurs ont laissé cet étage de remontée derrière eux.

Les chercheurs ont donc pensé qu’il a fini par s’écraser sur la surface lunaire.

Cependant, à en croire James Meador, aucun élément ne permet de prouver cela. En effet, les chercheurs n’ont pu trouver aucun impact de ce crash. Qui plus est, personne n’a été en mesure de retracer sa trajectoire.

A lire aussi : Il y a une photo de famille cachée sur la Lune depuis la mission Apollo 16

Un module lunaire encore en orbite ?

Selon lui, « il est possible que cette machine ait atteint un état inerte qui lui a permis de rester en orbite à ce jour. Si tel est le cas, il devrait être détectable par radar, de la même manière que l’orbiteur lunaire indien Chandrayaan-1 a été relocalisé en 2016. » Pour vérifier sa théorie, James Meador a eu recours à des calculs basés sur les données de la mission Gravity Recovery and Interior Laboratory (GRAIL).

Avec les résultats qu’il a obtenus, il a essayé de schématiser la trajectoire du lanceur lunaire de la mission Apollo 11. Ses schémas ont été publiés dans son étude. Ce qu’il a découvert l’a surpris. James Meador a en effet découvert que le module lunaire aurait dû suivre une orbite stable.

« Beaucoup de gens seraient très heureux d’apprendre que cette chose existe toujours. Ce serait formidable de la ramener sur Terre et de la mettre dans un musée », a-t-il déclaré.

Sa théorie reste toutefois à vérifier.

Mots-clés apollo 11