App Store : Microsoft appelle les régulateurs à enquêter sur le jardin clos d’Apple

Microsoft a récemment accordé une interview à Politico, au cours de laquelle le directeur juridique de Microsoft, Brad Smith, s’est exprimé sur la manière dont Microsoft conçoit les politiques de la boutique d’applications d’Apple et en quoi la firme croit que cela affecte la concurrence.

Pour rappel, les politiques strictes d’Apple concernant son App Store ont été décriées par plusieurs entreprises et développeurs, notamment Spotify, Epic Games, Rakuten ou encore Match Group.

Crédits Pixabay

Visant indirectement Apple, Brad Smith a fait le constat suivant :

“Si vous regardez l’industrie aujourd’hui, je pense que vous constaterez de plus en plus de magasins d’applications qui ont créé des murs plus hauts et des portes beaucoup plus grandes pour accéder à d’autres applications dépassant tout ce qui existait dans l’industrie il y a 20 ans passés.

Ils imposent des exigences qui disent de plus en plus qu’il n’y a qu’une seule façon d’accéder à notre plateforme et c’est de passer par la porte que nous avons nous-mêmes créée.”

Le fait qu’Apple ait fermé la porte de son App Store à Hey a mis le feu aux poudres

Si Apple est connue pour être stricte dans sa façon de sélectionner les applications qui entrent dans son App Store, sa décision récente de rejeter la nouvelle application de messagerie Hey a rouvert les débats sur les politiques déroutantes d’Apple.

Pour information, Apple avait initialement accepté d’inclure Hey dans sa boutique d’applications, relate The Verge, mais la firme est par la suite revenue sur sa décision au motif que Hey enfreignait finalement les règles de son App Store. Le président du sous-comité antitrust de la Chambre a alors accusé Apple d’agir en monopole et comme un tyran.

D’après Smith, « le moment est venu (…) pour une conversation beaucoup plus ciblée sur la nature des boutiques d’applications, les règles qui sont mises en place, les prix et les outils qui sont extraits et s’il y a vraiment une justification dans la loi antitrust pour ce qui a été créé ».

Apple changera-t-elle ses politiques pour autant ?

A noter que ces événements surviennent quelques jours seulement après la WWDC 2020 d’Apple qui s’est tenu le lundi 22 juin, cet événement étant l’occasion pour Apple d’inciter les développeurs à concevoir des applications pour ses plateformes.

Dans le cas particulier de Microsoft, le géant des logiciels a rencontré des problèmes sur l’App Store quand il a voulu lancer son application SkyDrive, actuellement intitulée OneDrive, sur les iPhone en 2012, mais cela a conduit à une réduction de 30% de ses revenus causée par l’achat d’espace stockage dans le cloud pour l’application.

Récemment, Microsoft a également voulu lancer son service de streaming de jeux xCloud sur iOS, mais, lorsque la version préliminaire a été validée, l’application a dû se limiter à un seul jeu avec des options limitées « pour se conformer aux politiques de l’App Store ».

Mais Microsoft n’est pas le seul à se plaindre des restrictions d’Apple. Spotify est allé jusqu’à déposer une plainte antitrust contre Apple en 2019. Et maintenant que de plus en plus d’entreprises veulent voir des changements dans les politiques d’Apple, on se demande si l’entreprise continuera à camper sur ses positions ou si les régulateurs vont réussir à lui mettre la pression…