Apparemment, l’astéroïde qui a conduit à l’extinction des dinosaures était également responsable du déclin de la faune sous-marine

Il y a 66 millions d’années, un géocroiseur, l’astéroïde Chicxulub a touché la Terre. Résultat, notre planète a fait face à l’une des plus importantes extinctions massives d’espèces, les dinosaures en ayant fait les frais.

Suite à l’impact de Chicxulub, les scientifiques ont longtemps pensé qu’une détérioration progressive et graduelle des conditions atmosphériques, dues à une augmentation des activités volcaniques a également conduit à l’acidification des océans.

Crédits Pixabay

Toutefois, d’après une étude réalisée par une équipe de géochimistes et de géologues, il semble que ce soit l’astéroïde lui-même qui ait causé cette acidification instantanée des océans. Ce qui, cette fois, a également conduit à une autre extinction, celle des espèces marines et sous-marines.

Une acidification qui a beaucoup impacté les espèces marines

Comme vous le savez, les espèces marines comme le plancton sont les constituants fondamentaux de la chaîne alimentaire. Ces végétaux et autres animaux microscopiques constituent en effet la nourriture de base de beaucoup d’espèces, outre leurs fonctions dans la production d’oxygène.

Ainsi, toutes les espèces qui se situent à un niveau supérieur dans la chaîne alimentaire, et qui subsistent grâce au plancton seront impactées par des problèmes le touchant. À commencer par les petits poissons, puis les gros et enfin les grands prédateurs marins.

La survie du plancton est toutefois fortement dépendante d’un paramètre physico-chimique du milieu dans lequel ils vivent, le pH de l’eau. Si c’est trop acide (pH très inférieur à 7), le plancton ne survivra pas.

Et c’est justement ce qui s’est produit lors de l’impact de l’astéroïde Chicxulub, selon les conclusions de cette nouvelle recherche. Jusqu’à 50% des animaux marins ont péri, après quoi la vie a repris son cours.

Un astéroïde riche en sulfures mis en cause

Selon les scientifiques, l’astéroïde Chicxulub était riche en sulfures, un dérivé du soufre. À l’impact, une partie des roches qui ont constitué l’astéroïde se serait désagrégée et dissoute dans l’océan, tandis qu’une autre partie qui s’est vaporisée dans l’atmosphère a fini par retomber sous la forme d’une pluie acide.

C’est en analysant des fossiles de foraminifères (protozoaires caractérisés par leur squelette minéral perforée) découverts dans une grotte située à Geulhemmerberg (Pays-Bas) que les scientifiques sont parvenus à ces conclusions.

Pour cela, l’équipe s’est basée sur l’analyse de l’élément Bore dans les fossiles, un excellent indicateur qui renseigne sur le taux d’acidité du milieu dans lequel les fossiles ont vécu il y a des millions d’années de cela.