Apparemment, les mites peuvent aussi être des vampires

La nature recèle incontestablement des créatures pour le moins insolite, à l’image d’un insecte assez particulier : une mite capable de s’attaquer à des mammifères, en leur suçant le sang, quand elle ne se délecte pas de fruits.

Si les mites sont ordinairement connues pour leurs caractères nuisibles pour l’agriculture et pour diverses activités humaines, cette espèce particulière, le Calyptra pseudobicolor Bänziger est autrement plus néfaste du fait de sa capacité à s’en prendre aux vertébrés, spécialement les mammifères, y compris l’homme.

Un papillon en train de voler la nuit

Crédits Pixabay

En effet, sous ses airs de papillon de nuit inoffensif, cet insecte (Lépidoptères) peut percer la peau de sa victime et carrément sucer son sang, à la manière d’un vampire. Heureusement, le C. pseudobicolor Bänziger n’est pas réputé être un vecteur de maladies.

Une trompe qui leur permet de transpercer la peau de leurs victimes

Avec sa petite taille, allant de 35 à 72 mm d’envergure pour les plus grands spécimens, ce papillon vampire n’a pas du tout l’air d’un monstre. Et sa couleur terreuse atténuée lui permet de se fondre facilement dans le décor.

Néanmoins, une longue trompe semblable à une aiguille se démarque de ses pièces buccales, lui permettant de trouer la peau. Il peut facilement se nourrir de fruits, sa principale source d’alimentation… quand il ne s’attaque pas aux mammifères pour leur pomper du sang.

Selon les chercheurs, le régime des C. pseudobicolor Bänziger diffère en fonction de leur stade de développement. Ainsi, ils se nourrissent de feuilles durant le stade larvaire. Puis, en grandissant, les femelles consomment plutôt des feuilles et du nectar tandis que les mites vampires mâles s’attaquent aux fruits et aux mammifères.

Un insecte finalement dépendant de son environnement

On rencontre généralement le Calyptra pseudobicolor Bänziger dans le sud de l’Europe, en Afrique de l’Est, dans les régions subhimalayennes de l’Asie méridional et probablement en Amérique du Nord. Néanmoins, un Calyptra suceur de sang n’a jamais été signalé en Amérique du Nord.

Ce qui amène les chercheurs à dire que la distribution de ces papillons friands de sang varie tout de même en fonction du milieu, les insectes privilégiant la disponibilité des hôtes mammifères ou des hôtes végétaux (pêche, prune, agrumes…) pour s’implanter.

Mots-clés insolite