Apparemment, les salamandres n’ont pas toujours eu quatre doigts

Si la plupart des amphibiens qui vivent aujourd’hui sont généralement dotés de 4 doigts, une récente découverte, publiée dans le Journal of Anatomy, nous révèle que cela n’a pas toujours été le cas.

En effet, le fossile du Metoposaurus krasiejowensis, une espèce de salamandre préhistorique récemment retrouvée à Krasiejów (sud-ouest de la Pologne) possédait cinq os métacarpiens. Une surprenante découverte qui nous en apprend un peu plus sur l’évolution de cette branche.

Photo d'une salamandre

Photo de Kathy Büscher. Crédits Pixabay

C’est le Dr Dorota Konietzko-Meier de l’Institut des géosciences de l’Université de Bonn qui a découvert ce fragment de squelette datant du Trias supérieur (âgé d’environ 225 millions d’années), plus exactement un membre antérieur gauche.

Et avec l’aide de collègues des Universités de Bonn et d’Opole, ils ont découvert qu’on était en présence d’une nouvelle espèce ressemblant à un mini-crocodile, un ancêtre des grenouilles et des salamandres actuelles.

Ce fossile d’amphibien avec 5 doigts bouleverse les théories évolutionnistes

Parmi tous les vertébrés tétrapodes, la classe des amphibiens recense la plus grande variation du nombre de doigts des pattes antérieures. Et cette divergence se retrouve chez diverses espèces exposées dans des musées.

Selon le constat d’Ella Teschner, doctorante à l’Université de Bonn (Allemagne) et à Opole (Pologne), « la reconstruction squelettique d’un Eryops comporte cinq doigts au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris, alors que seuls quatre doigts peuvent être vus au National Museum of Natural History de Washington ».

Ce qui suggère que quelque part au cours de l’histoire de l’évolution, une modification du nombre de doigts s’est mise en place chez ces vertébrés tétrapodes. Mais on ne sait pas précisément dans quelle mesure cela s’est produit. D’ailleurs, on peut retrouver diverses espèces d’amphibiens avec 4, 5 voire 7 ou même 8 doigts au cours du temps. Un nombre qui est passé à seulement 4 au final pour les représentants actuels des amphibiens.

Pour comprendre le développement des pattes antérieures des amphibiens quadrupèdes

Cette variation pourrait donc altérer les études antérieures basées sur l’analyse des traces d’animaux. Et c’est dans ce contexte que le Dr Konietzko-Meier souligne « l’importance de comprendre l’évolution des amphibiens modernes, car ce groupe a probablement évolué à partir des Temnospondyli ».

D’après l’analyse des archéologues, cet amphibien à cinq doigts, le Metoposaurus krasiejowensis récemment découvert s’est probablement éteint avant l’émergence des amphibiens modernes. Néanmoins, ils n’ont pas encore pu déterminer avec certitude si cette réduction de nombre de doigts aurait affecté le premier ou le cinquième doigt.

Quoi qu’il en soit, cette découverte a ouvert de nombreuses pistes pour comprendre l’évolution des amphibiens, ces espèces notamment considérées comme les ancêtres de tous les vertébrés terrestres.