Apparemment, les seiches sont plus intelligentes que ce que l’on croyait

D’après les résultats des tests effectués par un groupe de chercheurs sur les seiches (Sepia officinalis), ces céphalopodes sont apparemment dotés d’une capacité de raisonnement bien plus développée que ce que l’on pensait jusqu’à présent.

Dans le cadre de cette étude, ces seiches ont été soumises à une version du test de marshmallow de Stanford. Pour présenter brièvement le concept, c’est un test au cours duquel un marshmallow est offert à un enfant, en lui disant que s’il arrivait à se retenir de manger le marshmallow pendant 15 minutes, il pourrait en avoir deux au lieu d’un.

Photo de Manseok KIm. Crédits Pixabay

Les chercheurs ont donc essayé de mesurer la compréhension de la satisfaction différée chez la seiche, en procédant à un test basé sur le même principe que celui du marshmallow pour les enfants. Et ce, dans le but également de mesurer leur intelligence.

De la quête de capacités cognitives avancées chez les seiches

Pour rappel, ce test est à la base utilisé pour trouver à quel stade du développement de l’homme l’individu testé pouvait se contrôler, et intrinsèquement saisir ce qu’est la gratification différée et en appliquer la notion. Dans un sens plus large, le test permet de mesurer les capacités cognitives (comme la planification) chez un individu.

Partant du même principe, mais cette fois chez les seiches, ces dernières ont été conditionnées à comprendre que si elles patientaient face à ce qui leur est initialement présenté, un meilleur butin leur serait offert.

Seul hic, dans la forme initiale du test, on ne peut pas écarter le risque de se tromper en interprétant le comportement de l’animal. Ainsi, on ne peut pas savoir si le comportement résulte bien de la capacité des seiches à se contrôler, comme le dit Alexandra Schnell, écologiste comportementale à l’Université de Cambridge.

Un test revisité qui indique une capacité de raisonnement avancée

Pour lever l’incertitude, les chercheurs ont procédé à un test plus élaboré. Dans un aquarium, une seiche est mise face à deux pièces aux portes transparentes : dans la première, une petite pièce de crevette tranchée, et dans la deuxième, une belle crevette entière vivante.

La première porte, ornée d’un cercle, signifie que la porte s’ouvre librement. La deuxième porte, quand elle est ornée d’un triangle, signifie qu’elle s’ouvrira après 10 à 130 secondes d’attente, et quand elle est ornée d’un carré, c’est qu’elle ne s’ouvrira juste jamais.

Si la seiche choisit la porte immédiatement ouverte, le butin de la deuxième porte (si celle-ci s’ouvre après le délai imparti) est retiré automatiquement. Sur six seiches ayant passé le test, tous ont choisi d’attendre le délai pour prendre la belle crevette vivante, sauf si le symbole de la deuxième porte affichait un carré (et donc ne s’ouvrirait jamais), auquel cas elles se dirigent vers la première porte.

D’après les scientifiques, cette faculté à apprendre et à s’adapter a permis aux seiches de survivre face aux cruelles lois de la relation prédateur-proie. Comme quoi, ces animaux sont finalement plus intelligentes que ce que l’on croyait.

Mots-clés Intelligence