Apple attaque en justice un ex-ingénieur pour fuites massives

Apple intensifie sa guerre contre les fuites d’informations en poursuivant en justice un ancien ingénieur logiciel. La firme accuse Andrew Aude d’avoir divulgué illégalement pendant près de 5 ans des données confidentielles sur de nombreux projets stratégiques.

Apple
Crédit 123RF

Ce procès retentissant marque un nouveau tournant dans la bataille que mène Apple pour protéger ses secrets industriels. Parmi les fuites présumées, des détails sur des produits clés comme l’app Journal, le casque Vision Pro ou encore des listes d’employés.

Des fuites en série sur des produits stratégiques

Selon la plainte déposée ce mois-ci devant un tribunal de Californie, Andrew Aude, embauché en 2016 pour travailler sur l’optimisation de la batterie iOS, aurait enfreint à de multiples reprises l’accord de confidentialité de l’entreprise. Apple l’accuse d’avoir transmis des informations confidentielles à la presse et à des employés d’autres sociétés technologiques.

Parmi les fuites présumées, on retrouve des détails concernant l’application Journal d’Apple avant son lancement officiel, mais aussi sur le très attendu casque de réalité mixte Vision Pro ou encore sur des politiques de développement produit et des stratégies de conformité réglementaire en interne.

Apple affirme qu’Aude aurait même divulgué des listes d’employés et d’effectifs. Ce qui constitue clairement une violation majeure de la confidentialité des données des travailleurs !

“Tuer” les projets indésirables ?

Si les motivations exactes d’Andrew Aude restent inconnues, Apple assure que ce dernier aurait admis vouloir “tuer” certains produits et fonctionnalités avec lesquels il n’était pas d’accord… Des agissements que la firme à la pomme qualifie d'”extensifs et intentionnels“.

Au total, ces fuites répétées auraient donné lieu à au moins 5 articles de presse dévoilant des informations propriétaires sensibles d’Apple. Un coup dur pour l’entreprise, qui peine à “surprendre et émerveiller” avec ses nouveaux produits lorsque des détails techniques sont divulgués à l’avance.

A LIRE AUSSI : Amazon investit 2,75 milliards de dollars dans Anthropic !

Preuves effacées et licenciement

C’est donc en fin 2023 qu’Apple aurait pris connaissance des agissements de son employé. Lors d’un entretien en novembre dernier, Aude aurait dans un premier temps nié toute fuite avant d’aller aux toilettes et de supprimer “des quantités importantes de preuves” de son iPhone professionnel, y compris l’application Signal qu’il utilisait pour communiquer avec ses contacts.

Malgré ces manœuvres, Apple assure disposer de suffisamment d’éléments à charge pour poursuivre Aude en justice pour violation de son accord de confidentialité et des lois sur le travail. L’entreprise a licencié l’ingénieur pour faute grave en décembre 2023.

Une bataille juridique de longue haleine

Dans sa plainte, Apple réclame désormais la tenue d’un procès devant jury et des dommages et intérêts supérieurs à 25 000 dollars. Un bras de fer juridique qui s’annonce long et coûteux pour l’entreprise, mais essentiel pour asseoir son autorité en matière de protection des secrets industriels.

Apple ne porte que rarement plainte contre ses anciens employés, mais nous prendrons toutes les mesures appropriées pour protéger nos informations confidentielles“, a déclaré un porte-parole. Un avertissement à peine voilé pour les éventuels futurs lanceurs d’alerte en interne.

Si elle obtient gain de cause, cette offensive pourrait bien marquer un tournant dans la guerre que livre Apple contre les fuites récurrentes qui ternissent ses lancements produits. Mais tout ceci soulève également des questions sur la capacité de l’entreprise à contrôler l’information à l’ère des réseaux sociaux et de la diffusion virale des données. Un gros défi pour la firme de Tim Cook.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.