Apple et son trillion commencent à faire débat

L’économiste John Kenneth Galbraith a écrit en 1967, dans son classique qui s’intitule The New Industrial State, que les grandes entreprises se développaient de plus en plus, occupant ainsi une position importante dans la société américaine.

Le défunt économiste n’aurait pas cru si bien dire, car actuellement, plus le chiffre d’affaires d’une entreprise est grand, plus on craint qu’elle n’exerce une certaine influence sur la société, le gouvernement et ses concurrents.

C’est notamment le cas d’Apple dont le chiffre d’affaires dépasse actuellement le trillion de dollars. La marque à la pomme a été fondée en 1976, à Los Altos, par Steve Jobs et son ami Steve Wozniak. On lui connait plusieurs inventions remarquables, dont l’iMac, l’iPod, l’iPad et l’iPhone.

Actuellement, l’entreprise est dirigée par Tim Cook, qui compte bien dépasser les œuvres de son prédécesseur Steve Jobs.

Apple a réinventé les lois de l’offre et de la demande

Selon Ken Segall, auteur et rédacteur publicitaire ayant participé à la conception de la campagne « Think Different, » Steve Jobs avait une formule particulière pour faire marcher son entreprise.

Au lieu de rechercher ce que les gens voulaient, il préférait créer quelque chose que les gens ne pouvaient pas imaginer. Autrement dit, il inventait les besoins et y répondait en même temps.

Lorsque Cook a repris la société en août 2011, beaucoup s’attendaient à ce qu’il fasse mieux que son prédécesseur. Même si l’entreprise n’a pas connu d’autre succès phénoménal comme l’iPhone, Cook a fait en sorte de multiplier par quatre le stock d’Apple et, dans le même temps, lui a fait générer 141 milliards de dollars en cotatiin boursière en 2017, avec 62% de bénéfices.

Apple ne peut pas faire tout ce qu’il veut

D’un côté, de nombreuses personnes dont James Galbraith, professeur de commerce à l’université du Texas, à Austin, et fils du défunt économiste, craignent que ces grandes entreprises ne finissent par constituer une menace. Selon le professeur, le pouvoir d’Apple et de ses pairs est devenu difficilement contrôlable.

C’est pour cette raison que plusieurs gouvernements se sont dressés par le passé pour mettre un frein à certaines pratiques de ces grandes firmes et c’est dans un effort de contrôler ces multinationales que la loi Sherman Antritust a été créée. Plusieurs d’entre elles ont d’ailleurs déjà écopé de sanctions pour pratiques illégales. C’est le cas, par exemple, des sanctions prononcées contre Apple pour évasion fiscale et contre Google pour pratiques anticoncurrentielles.

De l’autre côté, même si Apple a d’ores et déjà franchi la barrière du trillion de dollars, d’autres entreprises ne sont pas loin d’y parvenir, notamment Amazon, Alphabet et Microsoft.

Mots-clés apple