Apple fait signer un contrat invasif aux ateliers de réparation indépendants qui désirent se procurer des pièces authentiques pour iPhone

En août 2019, Apple a annoncé qu’il accepterait que davantage d’ateliers de réparation indépendants achètent des pièces et outils originaux pour effectuer des réparations courantes sur les iPhone. Toutefois, si au premier abord, cette action d’Apple semble courtoise, attendez de prendre connaissance du contrat que la firme technologique compte faire signer à ces ateliers avant de les juger dignes de recevoir ses pièces et outils.

En effet, Vice a réussi à obtenir un exemplaire dudit contrat et le moins que l’on puisse dire, c’est que ses termes sont très invasifs. Par exemple, Apple se réserve le droit d’effectuer des audits et inspections inopinées sur les lieux de réparation afin de s’assurer que les réparateurs n’utilisent pas de pièces de rechange contrefaites.

Crédits Pixabay

Si, par malheur, c’est le cas et si ces pièces contrefaites ont été utilisées dans plus de deux pour cent des réparations alors le contrat stipule qu’Apple peut infliger une amende de 1.000 dollars à chaque magasin et que la boutique devra rembourser les frais dépensés par Apple au cours de son enquête.

Apple s’octroie pas mal de droits

Mais ce n’est qu’un petit avant-goût de ce qu’Apple exige des ateliers de réparation. Les propriétaires de ces ateliers sont également tenus de fournir les informations sur les clients qui viennent les consulter pour faire réparer leurs appareils Apple. Ces informations incluent leurs noms, numéros de téléphone ainsi que leurs adresses personnelles.

Les ateliers de réparation devront adresser ces renseignements à Apple à chaque fois que l’entreprise en fait la demande. Et si jamais un des ateliers de réparation voulait mettre fin au contrat, le document prévoit qu’Apple pourra effectuer des inspections jusqu’à cinq ans après la fin du programme.

Certains ateliers de réparation acceptent de signer le contrat, d’autres non

Si certains ateliers de réparation ont trouvé le contrat tellement invasif qu’ils n’ont pas voulu le signer, d’autres l’ont quand même fait, et ont affirmé à Vice qu’ils appréciaient la façon dont Apple leur donnait un moyen d’obtenir ses pièces. Un autre propriétaire d’atelier a également dit qu’il accueillerait chaleureusement les auditeurs, car « je sais que tout ce que nous vendons dans notre maison est bien et dans les normes ».

En tout cas, ce contrat restrictif démontre bien à quel point Apple maintient sa position de ne donner l’accès à ses appareils qu’à un petit nombre et, autant que faire se peut, amener ses clients à faire réparer leurs appareils dans ses magasins ou par les fournisseurs de services autorisés.

Mots-clés appleiphone