Apple partira de la Chine si Trump applique la taxe de 25%

La guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis fait le malheur des entreprises technologiques en raison des répercussions désastreuses qu’elle entraîne sur leurs activités commerciales.

En effet, l’actuel président américain, Donald Trump, envisage de taxer les entreprises américaines sur les produits qu’elles font fabriquer en Chine. Une imposition qui va de 10% à 25% en fonction de la décision du numéro un américain.

Les deux victimes directes de ce conflit virulent ne sont autres que Huawei et Apple. Huawei, parce que Donald Trump a demandé aux pays alliés des États-Unis de bannir les infrastructures 5G de cette entreprise pour des raisons de sécurité. Le président américain soupçonne très fortement Huawei de mener des activités de cyberespionnage pour le compte du gouvernement chinois.

L’autre victime collatérale de cette guerre est Apple. En fonction de la taxation que Trump décidera d’appliquer, la firme à la pomme peut envisager d’abandonner la production de ses iPhone en Chine.

Oui pour la taxe à 10%, non pour celle à 25%

Rappelons que même si Apple conçoit le design de ses appareils en Californie, c’est en Chine que l’entreprise fait fabriquer et assembler la quasi-totalité de ses iPhone. Pourquoi ? En raison du coût de la main-d’œuvre, beaucoup moins élevé là-bas.

Si Trump impose une taxe de 10%, Apple serait prêt à payer et à continuer à travailler avec des sous-traitants chinois. Par contre, si le président américain décide de soumettre une taxe de 25%, l’entreprise technologique préférera délocaliser ses lignes de production et trouver d’autres pays où le coût de production lui sera avantageux.

Trump donne une solution simple

Pour l’actuel président américain, l’équation est simple. « Vous voulez éviter les droits de douane ? Construisez aux États-Unis ! » a-t-il simplement suggéré à Apple en septembre 2018.

Toutefois, pour Apple, partir de la Chine serait non seulement un coup dur, mais aussi une opération extrêmement compliquée.

Apple a déjà songé à travailler avec d’autres pays tels que l’Inde. Néanmoins, la firme de Cupertino préfère de loin payer la taxe de 10%  au lieu de déménager d’un coup la totalité de la production de ses iPhone.

Pour l’heure, ni la Chine ni les Etats-Unis ne veulent trouver un compromis. Au contraire, les deux multiplient les initiatives visant à affaiblir l’autre.

Mots-clés applechine