Grâce à Apple, Uber aurait bénéficié d’une porte dérobée sur iPhone

Will Strafach, le PDG du groupe Sudo Security, a réalisé une enquête qui risque de faire grincer des dents les utilisateurs d’iPhone. D’après lui, Uber aurait été favorisé par Apple au détriment des autres éditeurs et compagnies. L’homme affirme en effet que la firme a volontairement permis au leader du secteur VTC d’avoir accès au contenu de l’écran des iPhone des utilisateurs.

De ce fait et grâce à cet accès privilégié, Uber aurait été tout à fait en mesure d’enregistrer les informations présentes sur l’écran des terminaux de la célèbre marque californienne.

Coût fabrication iPhone 8

Si Apple a toujours été stricte sur l’accès à ce genre de données, Will Strafach se questionne sur les raisons qui ont poussé la firme à donner de tels droits à Uber.

L’Apple Watch à l’origine du problème

Dans le cadre du lancement de la première version de l’Apple Watch en 2015, la firme à la pomme aurait proposé à Uber d’accéder à un script permettant d’envoyer des notifications push, d’interagir avec iCloud ou d’enregistrer l’écran de l’utilisateur pour afficher un plan en temps réel du trajet sur l’Apple Watch.

À l’époque, Uber aurait eu besoin d’afficher une carte sur l’écran de l’Apple Watch pour tracer le véhicule qui avait été commandé. De leur côté, les utilisateurs n’étaient pas au courant de l’existence de ce système qui nuisait pourtant au respect de leur  vie privée.

Grâce à cette fonction, la firme aurait en effet eu potentiellement accès et d’innombrables informations portant sur l’utilisation fait de la montre des consommateurs et, par extension, de leur smartphone.

Uber se justifie

Uber n’a pas mis longtemps à réagir. Mélanie Ensign, en charge de la sécurité des communications chez Uber, a clarifié la situation par le biais d’un message publié sur Twitter.

Selon elle, « L’API a été utilisé pour afficher les cartes Uber sur l’iPhone et les envoyer sur l’Apple Watch avant que les applications de la montre ne puissent le faire par elles-mêmes. »

Elle a également souligné que les droits octroyés par Apple ne sont « plus exploités et sont sur le point d’être supprimés. »

Malgré les découvertes de Will Strafach, personne n’a été en mesure de démontrer qu’Uber utilisait ces données pour espionner les utilisateurs.

Mots-clés appleiosiphoneuber