Apple se dit déçu d’avoir dû fermer le compte développeur d’Epic Games

Apple et Epic Games, nouveau rebondissement. Car depuis plus d’une semaine, les multinationales mènent une guerre commerciale – que le développeur de Fortnite tente, il faut le dire, de faire passer pour une bonne action. Epic Games accuse Apple de monopole avec l’obligation de passer par son système de paiement pour les applications iOS, et une grosse commission de 30%. Le studio a donc décidé de proposer sa propre solution sur Fortnite, provoquant son bannissement pour avoir enfreint les règles, ainsi que son compte développeur depuis le 28 août dernier. Une décision qu’Apple regrette, comme l’explique Le Monde.

Car Apple souhaitait continuer à collaborer avec Epic Games.

Crédits Zhiyue Xu – Unsplash.com

Epic Games rejette quant à lui les regrets d’Apple et l’accuse, encore une fois, d’un monopole.

Epic Games et Apple se tirent une nouvelle fois dans les pattes

Apple a été conforté, lors d’un premier jugement, dans sa position dominante. Celle qui l’autorise à s’octroyer une grosse commission de 30% sur les achats intégrés de l’App Store, et ne proposer que cette unique boutique virtuelle, sans alternatives possibles.

Et comme le rapporte Le Monde, Apple a expliqué qu’Epic Games devrait suivre les recommandations de la cour alors que le jugement définitif sera bientôt rendu. Pour la firme de Cupertino, offrir un traitement privilégié au studio, qui l’avait demandé à cette dernière, “n’est pas juste pour tous les autres développeurs sur l’App Store” et place “les clients au cœur de la bataille“. Car après le bannissement de Fortnite, Epic Games avait lancé le hashtag #FreeFortnite sur les réseaux sociaux, demandant le soutien de ses fans.

Mais Apple se dit surtout déçu d’avoir dû fermer le compte développeur d’Epic Games, expliquant que “nous avons travaillé avec leur équipe pendant de nombreuses années sur des lancements et des sorties” et espère “qu’il sera de nouveau possible de travailler ensemble à l’avenir, mais ce n’est pas possible aujourd’hui”.

Une réponse qu’Epic Games a balayée d’un revers de main, refusant d’être “un complice d’Apple dans le maintien de son monopole sur les transactions sous iOS“. L’entreprise défend également la possibilité d’avoir droit à une alternative, argumentant que “les utilisateurs de smartphones ont le droit d’installer des applis depuis les sources de leur choix“.

Car il s’agit, avant tout, pour Epic, d’arriver à faire plier Apple pour proposer sa boutique virtuelle, l’Epic Games Store, sur iOS.