Apple : selon Broadcom, en Amérique du nord, la demande irait aux anciens iPhone

Effet secondaire de l’impitoyable politique commerciale d’Apple, la demande en iPhone d’anciennes générations aurait tendance à croître. C’est en tout cas ce que laisse à penser Hock Tan, le CEO Broadcom, qui pointe dans son dernier bilan financier que les résultats de la branche de sa compagnie dédiée aux technologies sans-fils sont plus florissants que prévu. Un phénomène expliqué par une hausse de la demande pour les anciens modèles de smartphones du plus gros client de Broadcom en Amérique du Nord. Des modèles équipés en puces Broadcom.

La hausse des volumes de smartphones d’anciennes générations de notre client en Amérique du Nord [a aidé notre division wireless]“, estime l’intéressé dans son rapport. Si Apple n’est pas explicitement mentionné, il ne fait aucun doute pour Bloomberg que la firme à la pomme est bel et bien à l’origine des excellents chiffres de Broadcom sur son Q4 2018. Et pour cause, Apple n’est autre que le plus gros client du groupe spécialisé dans les semi-conducteurs et les technologies sans-fils outre-Atlantique.

Broadcom, l’un des sous-traitants d’Apple spécialisé – entre autres – dans les technologies sans-fils, laisse entendre qu’en Amérique du Nord, la demande irait aux iPhone d’anciennes générations, proposés à prix contenus.

Dans son dernier bilan financier, Hock Tan, ajoute que les ventes d’anciens modèles de smartphones ont été “particulièrement fortes” chez ce fameux client. Comprenez que tandis qu’Apple peine à écouler ses récents iPhone Xr, Xs et Xs Max (proposés en France entre 850 et 1650 euros), les iPhone 7 et 8 – encore commercialisés par la firme -, sont très appréciés aux États-Unis et au Canada.

La revanche des anciens modèles sur des iPhone Xr et Xs jugés trop coûteux

Il faut dire que ces modèles sont toujours soutenus par Apple sur le plan logiciel (ils peuvent en effet profiter d’iOS 12.1, la dernière version du système d’exploitation mobile d’Apple), et qu’ils ne s’avèrent pas particulièrement dépassés sur le plan matériel pour une majorité d’utilisateurs.

Mais surtout, leur prix est nettement plus accessible que les iPhone lancés par Apple cette année. Car si la firme cherche à mettre en avant son iPhone Xr, comme le modèle abordable attendu par le public, il n’en reste pas moins nettement plus coûteux qu’un iPhone 7 (toujours disponible à 449 dollars aux États-Unis) ou qu’un iPhone 8 (599 dollars).

Notons toutefois que dans son rapport, Hock Tan estime que les résultats de la division Wireless de Broadcom pour le premier trimestre de son exercice fiscal 2019 (qui s’achèvera fin janvier) devraient “subir une baisse saisonnière”. On peut donc raisonnablement imaginer que les iPhone 7 et 8 seront populaires sous le sapin cette année… et moins par la suite. Encore une fois, c’est cohérent.

Mots-clés appleiphone