Apple s’est excusé auprès de WordPress

Apple a présenté des excuses officielles à WordPress après la polémique qui a éclaté vendredi dernier. Matt Mullenweg, développeur fondateur de WordPress a fait une révélation. Il s’avère que la firme à la pomme, désireuse d’avoir sa commission de 30% l’avait forcé à monétiser son application.

Rappelons que WordPress pour iOS est une application qui offre la possibilité de gérer un site web (sous WordPress) gratuitement. Or le géant américain voulait notamment que Mullenweg ajoute des achats intégrés (In-App Purchase: IAP) à sa plateforme. Il s’agit d’une option permettant aux utilisateurs de jouir de contenu et de fonctionnalités supplémentaires en souscrivant à des abonnements.

Crédits: Pixabay

Selon TheVerge, Apple aurait également empêché le développeur de fournir une mise à jour de WordPress pour iOS car ce dernier ne s’est pas plié pas à sa volonté.

WordPress reste gratuit

Se trouvant sous pression, Mullenweg a fini par adhérer à l’idée d’Apple. « Pour pouvoir à nouveau envoyer des mises à jour et des corrections de bogues, nous avons dû nous engager à prendre en charge les achats dans l’App Store pour les plans .com » a-t-il déclaré sur Twitter le 21 août 2020.

Après avoir eu sa victoire, Apple a décidé de faire machine arrière. Dans un communiqué publié dimanche, la firme à la pomme a déclaré qu’en fin de compte WordPress ne deviendra pas payant. Les options de paiement de service ont été supprimées de l’application. Pour couronner le tout, la firme à la pomme s’est excusée de toute confusion qu’elle a pu causer.

Les développeurs d’applications commencent à se révolter contre Apple

Les règles de l’App Store, notamment celles sur les paiements, ont été dernièrement un sujet de discorde entre Apple et les développeurs d’applications qui ont recours à son service. La firme à la pomme défend depuis toujours qu’elle taxe les développeurs de la même manière.

Elle accorde pourtant un traitement de faveur à Amazon. Au lieu de payer 30% pour Prime Video, le géant du commerce électronique n’en paye que 15.

Les situations de ce genre poussent les développeurs d’applications à se dresser contre Apple. C’est par exemple le cas d’Epic Games qui en est arrivé à intenter un procès contre la firme à la pomme. L’affaire bat son plein et continu à faire le buzz sur plusieurs plateformes en ligne.

Mots-clés appleWordpress