Après AstraZeneca, c’est au tour de Johnson & Johnson de suspendre les tests de vaccin anti-Covid-19

En septembre dernier, la firme pharmaceutique britannique AstraZeneca a suspendu les essais à grande échelle de vaccins contre le virus Sars-CoV-2. Quelques semaines plus tard, la course mondiale au vaccin anti-Covid-19 connaît un nouveau rebondissement.

Le géant pharmaceutique américain Johnson & Johnson a en effet déclaré lundi dernier qu’il met en pause ses essais cliniques de vaccin anti-Covid-19. Une suspension des tests qui se produit après qu’un participant eut développé une réaction indésirable.

Crédits Pixabay

L’étude massive que la firme a lancée à peine il y a quelques semaines, consistait à évaluer l’efficacité d’un nouveau candidat vaccin. Selon la firme, cette interruption permettra de déterminer l’implication du candidat vaccin dans l’apparition de cet effet indésirable chez le participant. Toutefois, Johnson & Johnson n’a partagé aucun détail sur cet incident qui remet sur la table la question de la sécurité d’un éventuel vaccin contre le Covid-19.

Johnson & Johnson dans la course mondiale au vaccin contre le Covid-19

Pour rappel, 1,45 milliard de dollars de financement ont été alloués à Johnson & Johnson par le gouvernement américain, pour la production de vaccins dans le cadre du projet ” Warp Speed “. La base de ce vaccin étant une dose unique d’adénovirus responsable du rhume, modifié de telle sorte que sa réplication soit inhibée une fois qu’il se combine avec la protéine de pointe du virus Sars-CoV-2.

En septembre, pour la phase 3 des essais cliniques de ce candidat vaccin, le géant pharmaceutique a recruté environ 60.000 participants volontaires sur plus de 200 sites aux États-Unis et aussi dans d’autres pays notamment en Amérique Latine et en Afrique du Sud.

Johnson & Johnson devenait ainsi la 10e firme pharmaceutique mondiale à procéder à des essais de phase 3 dans la course au vaccin contre le Covid-19, et le 4e aux États-Unis.

Le géant américain n’est pas épargné par le revers connu par ses prédécesseurs

Tout comme AstraZeneca, avec un candidat vaccin considéré comme l’un des plus prometteurs, Johnson & Johnson a dû interrompre les essais avec les autres dosages après qu’un participant eut développé une pathologie inconnue. Ce cas est en cours d’observation par un conseil indépendant ainsi que par les spécialistes de l’entreprise, selon les informations.

Toutefois, citant l’obligation de confidentialité envers les patients et voulant avoir plus de précisions sur les faits avant de partager des informations au grand public, la firme n’a pour le moment fourni aucune explication supplémentaire concernant l’incident.

Pour information, d’autres essais sont actuellement en stade avancé et on attend les résultats cette année. Ce sont notamment les cas de Pfizer et de Moderna. Le Japon quant à lui a repris les essais début octobre.