Après avoir été licenciée pour avoir tournée dans un Jacquie et Michel, une femme a porté plainte aux Prud’hommes

Jacquie et Michel ne sont plus à présenter. Les trublions du divertissement pour adultes comptent en effet de nombreux fans à travers l’hexagone. Il semblerait cependant que tout le monde n’apprécie pas leurs contenus, comme le prouve cette étonnante affaire.

Jacquie et Michel ne fait pas uniquement appel aux services des acteurs et actrices professionnels pour réaliser leurs films.

Les 3 Sex

 

En réalité, l’entreprise a pris l’habitude de travailler avec des amateurs depuis sa création en 2004.

Une vidéo Jacquie et Michel à l’origine d’un licenciement

Sabrina C., une femme originaire de Bourges, a précisément participé sur son temps libre à l’un des tournages du groupe en 2015 afin de réaliser un de ses fantasmes. Elle avait ainsi été la star d’une de ses productions.

Contre toute attente, son employeur, une dissociation spécialisée dans l’aide à la personne, a fini par avoir vent de l’initiative.

Le président de l’association a alors pris la décision de licencier Sabrina en 2016 pour faute grave. Il lui reprochait notamment de porter atteindre à l’image de sa fonction et de ses collègues.

Si le véritable nom de l’actrice d’un jour n’apparaissait pas, son visage était en effet facilement reconnaissable. Pour ne rien arranger, le lieu du tournage était localisé à Bourges et plusieurs médias locaux avait titré sur le projet avant sa réalisation.

Verdict en octobre

Sabrina C. a été extrêmement blessée par la décision de son employeur et elle a donc déposé une plainte devant le tribunal des Prud’hommes de sa ville un peu plus tôt dans l’année. Suite à un retard sur la constitution du dossier, l’audience de conciliation a été suspendue en mai, mais une nouvelle demande a été déposée par la suite.

L’ancienne salariée a axé sa défense sur le respect de sa vie privée, comme l’a indiqué son avocat à France Bleu :

Ma cliente a tourné cette vidéo sur son temps libre sans faire référence à son travail et son employeur. On ne peut donc pas faire le lien entre la vidéo et l’employeur. C’est vrai que tourner ce genre de film expose à certaines critiques, mais un employeur ne peut pas sanctionner son salarié pour ses mœurs et sa morale. “

Bien sûr, l’employeur ne voit pas les choses de la même manière. Pour lui, la large diffusion de ce film porte atteinte à l’image de l’entreprise. L’avocat de la société a même déclaré que le comportement de l’ancienne salariée a créé “un trouble dans la clientèle” mais aussi “chez les salariés”.

Le président de l’association a même été plus loin. Selon France Bleu, l’homme a déclaré avoir reçu des appels alarmés de plusieurs clients doutant de la moralité du personnel de l’entreprise.

Les Prud’hommes rendront leur verdict le 9 octobre.

Mots-clés insolite