Après la comète ATLAS, la comète SWAN s’en vient, et elle nous a déjà visité il y a quelques millions d’années

Atlas, la comète qui aurait pu être la première de son genre à être visible à l’œil nu depuis 10 ans, a fait naître beaucoup de faux espoirs. Depuis sa découverte, le 28 décembre 2019, sa luminosité n’a, en effet, cessé d’évoluer à un rythme phénoménal, au fur et à mesure qu’elle se rapprochait du Soleil.

Mais récemment, nous avons appris qu’Atlas est en train de se désintégrer, alors qu’elle devait offrir un fabuleux spectacle céleste, normalement prévu pour commencer le 11 mai 2020. Tandis que les astronomes amateurs et professionnels ont fortement été chagrinés face à cet incident – qui en passant était fortement prévisible – une autre comète ravive leurs espoirs.

Crédits Pixabay

La comète SWAN, a été découverte par hasard le 11 avril 2020, par l’astronome amateur Michael Mattiazzo, depuis le SOHO (Solar and Heliospheric Observatory) de la NASA. Heureuse coïncidence, cette date est la même que celle à laquelle on a découvert que la comète Atlas s’est désintégrée.

SWAN a été découverte grâce à un instrument conçu pour la détection d’hydrogène

Il est important de noter que l’appareil grâce auquel cette comète a été découverte, SWAN (Solar Wind Anisotropies), n’est pas conçu pour la recherche de comètes. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on a également nommé la comète SWAN.

En effet, le rôle du dispositif SWAN est essentiellement d’examiner la présence de l’hydrogène dans le système solaire. De ce fait, si la comète SWAN a été repérée, c’est parce qu’elle évacuait beaucoup d’hydrogène sous forme de glace.

D’après quelques études menées sur la comète SWAN, il a pu être déterminé qu’elle était en orbite autour du Soleil et que le cycle serait de 25 millions d’années. Ce qui signifie que SWAN aura passé au même endroit où elle a été observée, il y a 25 millions d’années de cela.

Cette comète pourrait offrir un beau spectacle ou se désintégrer, à l’instar d’Atlas

Actuellement, SWAN se trouve au niveau de la constellation du sculpteur et les observateurs se trouvant au sud de l’équateur sont en mesure de l’observer. Si depuis le 11 avril 2020, SWAN est observable grâce à des jumelles, c’est parce qu’elle brillait à une magnitude de +7,8. Cette magnitude pourrait fortement augmenter d’ici la dernière semaine du mois de mai.

Aussi, SWAN pourra être visible à l’œil nu. Mais à l’instar d’Atlas, SWAN est aussi susceptible de se désintégrer. En effet, cette comète vraiment petite et on s’interroge encore sur son avenir.

Quoi qu’il en soit, seule une observation minutieuse de cette comète pourra nous donner une confirmation à ce sujet. On vous tiendra au courant des évolutions qui vont sûrement se produire dans les semaines à venir.

Mots-clés astronomiecomètes