Après la Covid-19, un autre virus respiratoire grave touchant les enfants

La Covid-19 continue toujours de faire des victimes, mais un autre virus inquiète les médecins britanniques. Un virus connu, mais qui n devrait pas se manifester à cette époque.

Les hôpitaux britanniques constatent en effet depuis plusieurs semaines une recrudescence de cas d’infections respiratoires graves chez les enfants. Des infections notamment liées aux virus respiratoires syncytiaux (VRS) débouchant sur des cas graves de bronchiolite.

Ce bébé passe une bonne nuit
Image par fujikama de Pixabay

Ce virus, très contagieux, est responsable à lui seul de la plupart des infections respiratoires chez les jeunes enfants.

A lire aussi : L’humanité a combattu un autre coronavirus il y a 20 000 ans de cela

Le nombre de cas de bronchiolite en nette augmentation au Royaume-Uni

Il vise en effet habituellement les nourrissons âgés de moins de deux ans. Découvert pour la première fois en 1956, ce virus est à l’heure actuelle la principale cause des bronchiolites de l’enfant et il se transmet la plupart du temps par voie respiratoire.

La bronchiolite n’est pas une maladie rare. Elle est en réalité très commune chez les enfants. En temps normal, elle est plutôt bénigne, mais il arrive parfois qu’elle débouche sur des complications nécessitant une hospitalisation, tout le problème étant qu’il n’existe aucun vaccin ni traitement contre cette infection. Concrètement, donc, les médecins peuvent simplement atténuer ses symptômes.

A noter que le VRS, le virus qui nous préoccupe actuellement, est responsable d’environ 80 % des cas de bronchiolites. Précisons que les données médicales font état d’environ 3,5 millions d’hospitalisations dans le monde chaque année (source). Et dans 5 % de ces cas, la bronchiolite peut conduire à la mort.

A lire aussi : En Chine, mort d’un homme infecté par le virus “Monkey B”

Une maladie qui peut être dangereuse pour les nouveaux-nés

En temps normal, le VRS apparaît à l’hiver. Néanmoins, en raison du contexte sanitaire actuel et de toutes les mesures de distanciation sociale imposée par nos gouvernements, le nombre de cas a fortement chuté durant l’hiver 2020-2021. Les études ont en effet montré que le nombre d’hospitalisations liées à la bronchiolite avait chuté de 84 % dans les pays situés dans l’hémisphère nord.

Et aujourd’hui, il semblerait que la situation soit en train de s’inverser.

Au Royaume-Uni, les hôpitaux ont en effet constaté une augmentation importante du nombre d’hospitalisations ces dernières semaines.

A lire aussi : Covid-19 : le virus SARS-CoV-2 proviendrait bien des chauves-souris

Un virus retardé, et non supprimé

Comment expliquer cette tendance ? D’après Grace Roberts, une chercheuse en virologie travaillant pour le Queen’s University Belfast, les mesures de distanciation sociale prises durant l’hiver n’ont pas supprimé le virus, elles ont simplement retardé son action. Les restrictions étant partiellement levées sur le territoire britannique, le VRS peut circuler de nouveau et infecter les enfants.

Une tendance qui ne devrait d’ailleurs pas être circonscrite au Royaume-Uni. Il serait en effet logique que l’on constate une augmentation du nombre de cas dans les autres pays de l’hémisphère nord. Ce qui inclut naturellement, sans s’y limiter, la France.

Mots-clés Covid-19