Après les Etats-Unis, Ava débarque enfin en France

Les personnes sourdes ou malentendantes ont parfois du mal à communiquer verbalement avec autrui. L’application mobile Ava apporte la solution en retranscrivant par écrit les conversations orales entre plusieurs personnes. L’appli est capable d’assurer une retranscription instantanée d’un dialogue verbal qui implique jusqu’à douze interlocuteurs. Il s’agit d’un moyen de communication vraiment pratique pour ceux et celles qui peinent à lire sur les lèvres.

Ava est une idée de Thibault Duchemin, un jeune ingénieur dont les parents et la sœur sont nés sourds. Il a fondé sa start-up en 2014 avec deux amis d’université, Pieter Doevendans et Skinner Cheng qui est, lui aussi, atteint de surdité. Cette année, l’entreprise est parvenue à lever un fond de presque deux millions de dollars.

Fin Xperia X

D’abord lancée aux États-Unis, l’application a rencontré un franc succès avec cinquante mille utilisateurs en seulement six mois. Depuis mercredi dernier, Ava est désormais disponible en France.

Les conversations sont traduites en temps réel

L’utilisation d’Ava est vraiment très simple : une fois l’appli téléchargée, les utilisateurs doivent commencer par s’y connecter via wifi, puis inviter leurs proches à rejoindre la conversation. Il leur suffit ensuite de parler dans le microphone de leur mobile.

L’échange est immédiatement capté par l’application qui se charge de la traduire dans la seconde qui suit. La traduction est ainsi affichée en temps réel sur l’écran du smartphone de tous ceux qui participent à la conversation.

Les personnes sourdes et malentendantes pourront ainsi participer à la conversation en répondant par message écrit. Pour des échanges parfaitement clairs et sans malentendus, chaque interlocuteur est identifié par un code couleur différent.

L’appli n’est pas encore parfaite, mais aide beaucoup

Thibault Duchemin a admis qu’Ava n’assure pas encore une retranscription 100% parfaite. Les utilisateurs qui ont déjà pu tester l’application se disent pourtant contents du résultat.

Comme c’est le cas d’Emmanuelle Aboaf, une développeuse numérique atteinte de surdité. Selon la jeune femme, « Même si la reconnaissance vocale n’est pas encore au point, l’application fonctionne assez bien lors des échanges quand on ne parle pas trop vite. »

Les Français peuvent désormais télécharger gratuitement Ava sur leur smartphone aussi bien sous iOS que sous Android. Les utilisateurs ont droit à cinq heures de sous-titrage gratuit par mois. Pour un forfait mensuel illimité, il faudra débourser une trentaine d’euros. L’application représente ainsi une alternative beaucoup moins chère qu’un interprète.

Mots-clés ava