Après Xiaomi, des groupes chinois veulent sortir de la liste noire des USA

Les grandes compagnies chinoises décident de réagir pour lever un préjudice imposé par l’administration Trump. Elles envisagent d’intenter un procès contre le gouvernement américain pour la reconnaissance de leurs bons droits. Le mouvement en chaîne est motivé par la suspension de Xiaomi sur la liste noire des compagnies « proches » des militaires communistes chinois par le juge fédéral Rudolph Contreras.

Il semble que ces compagnies chinoises ciblées par Trump en appellent à de grands cabinets d’avocats tels que Steptoe & Johnson ou Hogan Lovells. Le recours à ces cabinets de renom a pour objectif d’annuler les décisions de blocage par l’administration américaine des investissements américains dans ces sociétés.

Crédits Pixabay

La nouvelle administration américaine est assurément dans l’embarras du fait de cette décision de justice.

Les arguments des compagnies chinoises

Les technologies relatives au 5G et à l’intelligence artificielle sont appelées à se développer pour le grand public. Les classer parmi les produits sensibles parce que produites par des compagnies « supposées » affiliées aux militaires et à l’espionnage est un argument que le juge considère comme superficiel.

C’est ce sur quoi Xiaomi a insisté pour nier son appartenance aux compagnies militaires communistes chinoises.

C’est ce créneau que les autres compagnies incriminées entendent mettre à profit pour réfuter les mauvaises intentions dont on les affuble. Elles espèrent ainsi que les tensions qui existent entre l’administration américaine et elles disparaissent. Des compagnies comme Luokung Technology Corp entendent emboîter le pas à Xiaomi.

Concurrence commerciale et rivalité politique

De grands groupes comme Hikvision, China National Offshore Oil Corp et la Semiconductor Manufacturing International Corp. font partie de la liste noire. La stratégie de l’ancien président consistait à contraindre les investisseurs américains à se débarrasser de leurs titres dans ces compagnies chinoises.

À la fin de son mandat, Trump s’est arrangé pour inclure Xiaomi et 43 autres compagnies dans la liste noire des compagnies appartenant ou contrôlés par l’armée chinoise. Ces entreprises ont alors été sanctionnées pour espionnage et pour concurrence déloyale. La décision de Trump a coûté au moins 10 milliards de dollars à Xiaomi qui a vu ses actions régresser de 9,5 % en janvier 2021.

Comment l’administration Biden va-t-elle gérer cette affaire ?

Mots-clés usaxiaomi