Aquila, le drone solaire de Facebook, a effectué son premier vol

Facebook travaille depuis plusieurs années maintenant sur un drone solaire baptisé Aquila. L’appareil aura pour mission de connecter le monde en fournissant une connexion internet haut débit mobile aux régions les plus reculées. Il a effectué un peu plus tôt dans la semaine son premier vol d’essai et tout s’est très bien passé.

Aquila a été évoqué pour la toute première fois en mars 2015. A l’époque, le géant des réseaux sociaux avait même dévoilé une première maquette de l’appareil, une maquette élaborée par le Connectivity Lab.

Vol Aquila

Aquila a fait son premier vol et la mission a été un véritable succès.

Ce laboratoire spécial a été inauguré en mars 2014 et il regroupe plusieurs ingénieurs expérimentés issus de divers horizons. Certains ont même travaillé pour la NASA ou encore pour Ascenta.

Aquila, un drone porté par le Connectivity Lab de Facebook

Ils travaillent tous dans la même direction et ils ont ainsi pour mission de mettre au point des technologies destinées à connecter le monde. Leur champ d’expertise ne se limite d’ailleurs pas aux drones. Aquila n’est en effet qu’un projet parmi tant d’autres et ces ingénieurs développent aussi des alternatives basés sur des satellites, des lasers et des solutions terrestres plus conventionnelles.

Mais revenons-en plutôt à ce fameux drone.

Aquila se présente sous la forme d’une longue aile dotée d’une envergure de trente mètres. La structure de l’appareil est faite en fibre de carbone et il est donc extrêmement léger. Il ne pèse effectivement pas plus de 400 kg et cela ne représente finalement pas grand chose pour un drone de cette taille.

Il est aussi équipé d’un système de propulsion à haut rendement alimenté par des panneaux solaires placés sur ses ailes.

Un vol de 96 minutes

Comme indiqué un peu plus haut, Facebook a organisé un premier vol d’essai plus tôt dans la semaine et tout s’est bien passé. La mission devait initialement durer une demie heure mais elle a finalement été prolongée à 96 minutes. Durant cet essai, Facebook a recueilli de nombreuses données portant sur le vol en lui-même mais également sur le comportement du moteur ou même sur les batteries, le matériel radio ou les liaisons avec les équipes au sol.

En outre, cette expérimentation s’est déroulée sans la présence d’un pilote à bord. Aquila a donc navigué seul, en s’appuyant sur son pilote automatique. Les opérateurs au sol étaient prêts à prendre la main sur les commandes à distance mais ils n’ont pas eu besoin de le faire.

Facebook n’a évidemment pas l’intention d’en rester là et la firme va ainsi organiser dans les semaines et les mois à venir d’autres vols d’essai. A terme, l’appareil sera capable d’évoluer à environ 18 000 mètres d’altitude, avec une vitesse maximale de 128 km/h. Toutefois, avant de pouvoir atteindre cet objectif, le Connectivity Lab va devoir commencer par mettre au point des panneaux solaires offrant un meilleur rendement.

Ce ne sera pas une mince affaire, d’autant que l’aéronef devra aussi embarquer des systèmes de communication de pointe, des systèmes reposant sur l’utilisation de lasers. Pour le moment, ces modules ne sont pas encore finalisés et il faudra donc attendre plusieurs années avant la mise en fonction de ces drones.

Mots-clés aquilafacebook