Arabie Saoudite : Twitter a suspendu des milliers de compte impliqués dans la manipulation de masse

Selon les informations relayées, les autorités saoudiennes ont excessivement fait usage de Twitter afin de bien faire parler d’elles. Des manœuvres réalisées grâce au concours d’un intermédiaire, la société de marketing des réseaux sociaux SMAAT, qui est elle-même sise en Arabie Saoudite.

Pour les responsables du réseau social à l’oiseau bleu, il s’agit d’une manipulation de masse et Twitter n’a pas attendu longtemps pour réagir. En effet, la plateforme a décidé de supprimer 6 000 comptes impliqués dans ces démarches vers la fin de décembre. La majorité de ces comptes étaient affiliés à l’Arabie Saoudite et faisaient excessivement les éloges de l’autorité saoudienne.

Crédits Pixabay

Twitter a donc confirmé la suspension définitive de chacun de ces comptes de son service en décembre. Malgré tout, ces 6 000 comptes supprimés ne représentent qu’une fraction des comptes s’adonnant aux activités de spam et de désinformation. Et au total, plus de 88.000 comptes traitant de sujets divers sont encore suspectés d’être dans la combine.

Twitter prend les mesures nécessaires pour le bon fonctionnement de sa plateforme

Comme communiqué précédemment, Twitter a cette fois-ci supprimé 6 000 comptes d’utilisateurs qui partageaient en masse des messages favorables aux autorités de l’Arabie Saoudite. Après l’enquête, Twitter a déclaré que la société SMAAT était derrière le coup. De ce fait, cette dernière ainsi que chacun de ses cadres supérieurs ne pourront définitivement plus avoir accès à la plateforme.

Toujours d’après les informations reçues, SMAAT aurait créé, géré puis acheté ces comptes avec le soutien de l’État saoudien. Cette utilisation « automatisée » de Twitter dans un but informatif comme dans le cas de mises à jour météorologiques n’aurait pas été un problème.

Par contre, cette technique a été utilisée afin de manipuler l’opinion et de véhiculer des images politiques positives.

Dans cette affaire, SMAAT utilisait de fausses techniques d’engagement par le biais de retweet et de réponses afin de mettre en avant des publications positives donnant une bonne image aux autorités locales. D’après les déclarations, les données qui ont été partagées par Twitter suite aux enquêtes ne représentent qu’un petit échantillon de ce que le réseau social a collecté.

Des pratiques d’espionnage qui tendent à se généraliser

Déjà accusée d’espionnage pour la famille royale saoudienne le mois de novembre dernier par le ministère de la Justice américaine, la plateforme sociale se doit d’être vigilante.

En effet, trois de ses employés ont déjà été arrêtés.

Ahmad Abouammo, Ali Alzabarah et Ahmed Almutairi sont les employés en question. Ces derniers auraient accédé à des informations privées concernant des individus critiques à l’égard des autorités saoudiennes. Des faits qui se rajoutent à la liste de détournement des usages qu’on peut faire des réseaux sociaux.

Mots-clés twitter