L’Arche de Darwin s’est effondrée dans les vagues

Mauvaise nouvelle du côté des Galapagos, le ministre équatorien de l’environnement et de l’eau vient d’annoncer dans une publication sur Twitter que l’Arche de Darwin s’est effondrée dans la mer le 17 mai dernier. Plus précisément, la partie horizontale de cette formation naturelle qui se trouve au nord des Iles Galapagos a fini par tomber, et ce à cause de l’érosion naturelle.

L’arche, qui se trouve à moins de 1 km au large de la côte rocheuse de Darwin Island, a été nommée en l’honneur du célèbre biologiste anglais Charles Darwin. Celui-ci avait étudié l’évolution dans les Galapagos alors qu’il était en voyage à bord du HMS Beagle vers le début des années 1830.

Crédits Pixabay

Selon les informations, avec la partie supérieure de l’arche qui n’est plus, une agence de voyages du nom d’Aggressor Adventures a décidé d’appeler les deux monolithes de pierre qui restent « les Piliers de l’Evolution ».

Une île volcanique

D’après une étude publiée dans la revue scientifique PLOS One en 2014, Darwin Island est une île volcanique qui se dresse sur une plateforme volcanique se trouvant à 10 m sous la mer. Cette plateforme s’étend vers le sud-est où se trouvent maintenant les restes de l’Arche de Darwin.

Dans un second tweet, le ministre équatorien indique qu’à un certain point, l’Arche de Darwin aurait pu faire partie de Darwin Island. Le responsable a pu faire référence au cas où le niveau de la mer était plus bas.

L’on sait également d’après l’étude publiée dans PLOS One que la plateforme qui supporte l’île et l’arche descend en pente raide allant jusqu’à 100 m vers le bas.

Un lieu fréquenté par les requins-baleines

Comme Darwin Island ne peut pas être visitée par les touristes, ces derniers ne peuvent pas voir l’arche à partir de la terre. Toutefois, la mer au large de la côte est navigable, et elle est d’ailleurs considérée comme étant «  l’un des meilleurs sites au monde pour plonger et observer les requins, ainsi que d’autres espèces », comme l’indique le ministre.

En parlant de requins, la même étude indique que les chercheurs ont observé des requins-baleines gravides « se servant » de l’Arche de Darwin. Des études précédentes avaient également montré que l’eau autour de l’arche abritait une « densité extraordinairement élevée de plusieurs espèces de requins et d’autres poissons de récif et pélagiques qui changent suivant les saisons ».

Selon Galapagos Conservancy, la population autour de l’arche est composée entre autres de requins-marteaux et d’autres requins, de dauphins, ou encore de tortues de mer. Les chercheurs savaient que les requins-baleines nageaient souvent autour de Darwin Island, mais ils ont quand même été surpris de voir que quatre femelles gravides, qui étaient suivies grâce à des balises, fréquentaient l’arche. Ces animaux ne mangeaient pourtant pas et ne montraient aucun comportement particulier.

Les chercheurs ont ainsi conclu que Darwin Island avait un rôle d’« escale migratoire importante, et pouvait être utilisée à des fins reproductives ».