Arconic a imaginé un gratte-ciel de 4,8 km de haut capable de purifier l’air

Arconic, une entreprise américaine, a présenté un projet un peu fou au début de la semaine. Il vise en effet à construire un gratte-ciel de 4,8 km de haut afin d’absorber la pollution et de purifier l’air.

La société a commencé à travailler sur ce gratte-ciel en 2011. L’édifice a mobilisé une équipe constituée d’architectes et d’ingénieurs pendant plusieurs années. Pour mener à bien leur tâche, ils ont travaillé en étroite collaboration avec des chimistes, mais également avec plusieurs futurologues. Leurs efforts ont visiblement fini par payer.

Arconic : image 1

Drôle de gratte-ciel, n’est-ce pas ?

Arconic a en effet terminé de dessiner les contours du projet.

Arconis vise haut, très haut même

Sherri McCleary, la directrice technique de l’entreprise, a profité d’une entrevue menée par ScienceAlert pour revenir sur ce fameux gratte-ciel et sur toutes les technologies gravitant autour de lui.

Elle s’est notamment arrêtée sur l’EcoClean, un revêtement assez particulier inventé afin de permettre aux gratte-ciel de se nettoyer eux-mêmes sans l’intervention d’un technicien… ou d’un laveur de vitres. Sans pour autant trop rentrer dans les détails, elle a notamment expliqué que cette technologie fonctionnait grâce à de la vapeur d’eau et qu’elle était capable d’extraire les produits chimiques présents en suspension dans l’air environnement pour les déposer ensuite sur la façade de l’immeuble et l’absorber dans la foulée.

D’après elle, cette technologie novatrice permettrait au gratte-ciel imaginé par sa compagnie de nettoyer l’air ambiant et de le débarrasser ainsi de toutes les toxines produites par l’industrie.

EcoClean, un revêtement capable de nettoyer l’air ambiant

Elle n’en est pas restée là, bien entendu, et elle a aussi évoqué une autre technologie très intéressante, une technologie baptisée BoomFrame. Elle se présenterait cette fois sous la forme d’une fenêtre motorisée capable de se transformer en balcon ou en véranda. Grâce à ce système, il serait ainsi possible d’agrandir une pièce de vie en l’espace de quelques minutes.

En parallèle, Arconic a aussi accentué ses travaux sur les matériaux. Construire un gratte-ciel de 4,8 km de haut n’a rien d’une sinécure. Il faut effectivement que l’édifice soit capable de résister aux vents les plus violents, mais aussi à d’éventuels tremblements de terre.

Il reste donc encore de nombreuses études à faire avant de pouvoir réellement construire un gratte-ciel de ce type.

En attendant, l’entreprise souhaite d’ailleurs investir massivement dans des composants flexibles et elle a d’ailleurs l’intention d’intégrer les imprimantes 3D à son processus créatif. Elle estime en effet que ces appareils permettront aux architectes et aux ingénieurs de bénéficier de davantage d’options pour leurs constructions.

Arconic : image 2