Ariane 5 a fêté son 80ème lancement consécutif réussi

La société Arianespace a récemment qualifié de « légendaire » le lancement d’une fusée Ariane 5 le 28 juin dernier depuis la Guyane. En effet, il s’agissait du 80ème lancement réussi d’affilée depuis 2014.

Quatrième lancement depuis le début de l’année, la fusée a décollé depuis le Centre Spatial de Kourou à 18h15 (23h15 heure de Paris) pour mettre en orbite deux satellites de télécommunications.

Un anniversaire qui marque une réussite européenne inédite avant l’arrivée prochaine d’Ariane 6, la remplaçante prévue pour 2020.

Ariane 5, 14 ans de départs vers l’Espace

Le plus gros des lanceurs européens a effectué son premier vol en 1996. Depuis, il en a réussi 90, dont 80 de manière consécutive, sans soucis. Il aura connu auparavant quatre échecs. La fusée est impressionnante avec ses 55 mètres de hauteur et sa masse au décollage de 750 tonnes.

Elle a été développée pour placer des satellites en orbite géostationnaire (36 000 kilomètres) ou des charges lourdes en orbite basse. Il a remplacé le lanceur Ariane 4, devenu moins compétitif sur le marché des lanceurs de lourde capacité.

Durant sa 80ème mission qui a duré 39 minutes, la fusée a mis en orbite deux satellites, mais trois charges utiles. En effet, elle intégrait le satellite « Hellas Sat-3 / Inmarsat S EAN » construit par Thalès qui est en réalité un condosat, c’est-à-dire un satellite imposant de 5,8 tonnes qui comporte deux charges utiles destinées à remplir chacune une mission spécifique.

Il sera logiquement exploité par deux sociétés. La partie Hellas Sat-3 fournira des services de télédiffusion directe et de télécommunications sur l’Europe, le Moyen-Orient et les pays de l’Afrique subsaharienne.

Preuve du savoir-faire européen en matière d’exploitation spatiale

L’autre partie, Inmarsat S EAN, sera exploitée par la société de télécommunication réputée Inmarsat. Sa mission est attendue, elle permettra d’offrir aux passagers des transports aériens un réseau Wifi sur tout le globe et une connectivité en bande S sur toute l’Europe, qui servira au déploiement du Réseau Européen pour l’Aviation (EAN European Aviation Network).

Le premier objectif est d’activer ce service fin 2017 pour les clients de la Holding International Airlines Group (IAG), à savoir British Airways, Iberia, et les filiales Vueling et Aer Lingus, en équipant 90% de la flotte court-courriers d’ici 2019.

La durée de vie du satellite est estimée à plus de quinze ans. Ariane 5 emportait également le satellite GSAT-17, conçu pour étendre les services de téléphonie et de communication, ainsi que la transmission des données des services de secours pour le compte de l’Agence Spatiale Indienne. Il pesait pour sa part 3,5 tonnes et sa durée de vie est également d’une quinzaine d’années.

Ce sont quasiment dix tonnes de matériel qu’Ariane 5 a envoyées dans l’Espace. Les deux satellites ont rejoint leurs quelque 3000 collègues en service au-dessus de notre tête. Et quelques millions de débris de carcasses d’anciens satellites…

En attendant, Ariane 5 signe un beau succès. Preuve du savoir-faire et de la place importante de l’Europe dans l’aventure spatiale. L’avenir se penche désormais vers les fusées réutilisables.