ARM vient de présenter une nouvelle puce pensée pour la réalité virtuelle

ARM a attendu le Computex 2016 pour lever le voile sur sa nouvelle puce, une puce pensée pour les smartphones et pour les tablettes tactiles. Elle met la barre très haut et si elle offre un gain important en terme de puissance et d’autonomie, elle est aussi pensée pour la réalité virtuelle et elle devrait permettre aux constructeurs d’aller encore un peu plus loin.

L’entreprise britannique n’a pas fait les choses à moitié. Cette puce offre en effet un gain significatif par rapport à la génération précédente.

ARM Computex 2016

ARM a présenté une nouvelle puce durant le Computex.

D’après la société, elle permettra même à nos terminaux nomades d’être plus puissants que certains de nos ordinateurs.

Le Cortex-A73 permettra à nos téléphones d’être plus puissants que certains de nos ordinateurs

Le CPU Cortex-A73 offrira ainsi des performances en hausse de 30 % par rapport à la génération précédente. Mieux, il sera aussi plus économe en énergie avec une consommation en baisse de 30 %. ARM l’a spécialement optimisé sur la durée et il sera ainsi capable d’offrir deux fois plus de puissance que l’A72 sur une courte période avec la même consommation énergétique.

Le GPU ne sera pas en reste non plus. le Mali-G71 sera en effet le premier circuit graphique à utiliser l’architecture de troisième génération Bifrost et il offrira des performances en hausse de moitié avec environ 20 % d’efficacité énergétique en plus.

Selon ARM, il serait même capable de rivaliser avec la GeForce GT 940M de Nvidia.

Il faut avouer qu’il impressionne sur le papier car il supportera la 4K avec un taux de rafraichissement de 120 Hz et un temps de latence de 4 ms. Bref, il a clairement tout ce qu’il faut pour répondre aux difficultés posées par la réalité virtuelle.

Cette puce a tout ce qu’il faut pour répondre aux difficultés posées par la réalité virtuelle

La production de cette nouvelle puce démarrera à la fin de l’année et les premiers terminaux à en profiter devraient donc être présentés durant le CES ou le MWC 2017.

Maintenant, il ne faut pas oublier que les constructeurs sont libres d’utiliser l’architecture ARM comme ils l’entendent. Ils peuvent même s’appuyer dessus pour construire leurs propres puces, des puces qui font parfois l’impasse sur le GPU.

Dans ce contexte, rien ne dit que les prochains terminaux haut de gamme de Samsung, Sony ou même HTC seront dotés des mêmes capacités.

Qualcomm a d’ailleurs préféré se détourner de ARM pour créer sa propre architecture maison, le Kryo, une architecture sur laquelle est basée la dernière puce haut de gamme du fondeur.

Mots-clés armcomputex 2016