On a peut-être trouvé une nouvelle arme contre la Covid-19

La guerre contre le Coronavirus continue ! Alors que les premiers vaccins sont pour bientôt, les chercheurs essayent toujours de trouver un moyen de soigner plus efficacement la COVID-19.

Eh bien justement, des scientifiques des Instituts de technologie avancée (SIAT) de Shenzhen ainsi que de l’Académie chinoise des sciences sont tombés sur une piste très intéressante. Cette dernière implique en effet un banal médicament contre le lymphome !

Crédits Pixabay

Dans un rapport récemment publié dans la revue PLOS Computational Biology, les chercheurs ont indiqué que le Folotyn (pralatrexate) d’Acrotech Biopharma, un médicament de chimiothérapie, semble présenter tout le potentiel pour combattre le virus SRAS- CoV-2.

Un meilleur traitement que le remdesivir de Gilead ?

Actuellement, les patients hospitalisés à cause de la COVID-19 sont traités avec le remdesivir, une ampoule d’antiviral produit par le laboratoire américain Gilead. Approuvé par la FDA, le traitement est principalement utilisé aux Etats-Unis, mais il a également débarqué depuis peu en Europe… et ce, malgré les réticences évoquées par l’Organisation mondiale de la santé à son égard.

Eh bien, d’après les chercheurs chinois, le pralatrexate serait beaucoup plus efficace que le remdesivir. Au cours de leurs expériences, ils ont en effet constaté que le fameux médicament contre le lymphome était capable d’entraver plus fortement la réplication du SRAS-CoV-2 dans les cellules !

Les scientifiques ont décidé de se pencher sérieusement sur le potentiel du pralatrexate qui pourrait bien être la prochaine arme contre le Coronavirus en attendant que les vaccins soient prêts…

A lire aussi : Covid-19 : le variant B.1.1.7 repéré dans une trentaine de pays

Un potentiel repéré grâce à l’intelligence artificielle !

L’article publié dans la revue PLOS Computational Biology a indiqué que le potentiel anti-COVID-19 du pralatrexate a été découvert grâce au machine learning et à la simulation moléculaire.

Les chercheurs ont en effet utilisé l’intelligence artificielle (IA) pour tester plus de 1 900 médicaments actuellement disponibles sur le marché. L’IA les a aidés à repérer les médicaments qui ont la « capacité à se lier à l’ARN polymérase dépendante de l’ARN du coronavirus (RdRP) » et qui sont donc capables de perturber la synthèse de l’ARN de la COVID-19.

Ainsi en plus d’avoir permis de trouver un potentiel traitement anti-COVID-19 plus efficace, cette étude appuie également l’efficacité du dépistage virtuel hybride pour « aider à la réutilisation des médicaments et faciliter le dépistage virtuel des médicaments contre d’autres cibles du SRAS-CoV-2».

A lire aussi : Covid-19, bientôt un cocktail d’anticorps pour bénéficier d’une immunité au virus ?

En tout cas pour ce qui est du pralatrexate, les recherches se poursuivent et on attend avec impatience d’en savoir plus sur ses possibles capacités contre le nouveau Coronavirus.

Mots-clés Covid-19santé