Les opérateurs abusent : les appels de fixe à mobile sont beaucoup trop chers !

On le sait bien, le prix des SMS est fortement exagéré. Oui et ce que nous savons moins, c’est qu’il en va de même pour les appels fixes vers les téléphones mobiles. Si ces derniers sont souvent facturés 25 centimes par minute, il faut savoir que le coût n’est que de 5 centimes la minutes pour l’opérateur. Cela n’a l’air de rien dit comme ça mais cela représente tout de même 1,2 milliards d’euros de profits à l’année. Comme quoi, la crise, ce n’est vraiment pas pour tout le monde, hein…

Nous vivons dans un monde complexe… et hypocrite. Prenons l’exemple de nos dirigeants. Souvent, notre président ou certains de nos ministres nous rappellent que les fonctionnaires coûtent beaucoup trop chers et qu’ils sont trop nombreux. Ce n’est pas forcément faux mais au lieu de virer les agents qui gagnent 1.000 ou 1.200 € par mois, on ferait peut-être mieux de s’occuper des hauts fonctionnaires qui, avec le cumul des mandats, alignent plusieurs dizaines de milliers d’euros de salaire chaque moi.

Et que dire de ces grands groupes du CAC 40 qui n’ont pas hésité à virer pas mal de monde sous couvert de la crise économique alors que nous venons d’apprendre qu’ils avaient engrangé plusieurs millions de profits pour l’année 2009 ?

On est bien d’accord, le monde pue. Ça sent la merde et c’est nous qui en bouffons tous les matins.

Et il en va vraisemblablement de même pour les opérateurs fixes qui ne sont pas les derniers à se faire du fric sur notre dos. Bien heureusement, des consommateurs ont décidé de se réunir, ont monté un site (consolib.fr) et ont décidé de lancer une grande pétition sur un site dédié : arnaquefixemobile.fr.

Pas de doute, le nom de domaine est bien choisi. En toute franchise, lorsque j’ai lu le communiqué de presse qu’ils m’ont envoyé (merci à eux), je n’ai même pas été surpris. Bien au contraire. Faut dire aussi, on prend très vite l’habitude de se faire enfler, hein… Même que pour un peu, j’aurais presque envie de dire que cela fait partie de notre éducation.

Pas de doute, on ne manquerait pas de têtes à couper, aujourd’hui.