Arrêter les immunosuppresseurs améliorerait la réponse au vaccin contre la Covid-19

Des chercheurs de l’université de Nottingham ont récemment lancé un important essai clinique en partenariat avec de nombreux hôpitaux du National Health Service (NHS) et des universités publiques. Ce projet baptisé Vaccine Response On Off Methotrexate (VROOM) a été financé par le National Institute for Health and Care Research et le Medical Research Council. Il vise à développer de nouvelles thérapeutiques pour aider les millions de personnes cliniquement vulnérables à la pandémie de la Covid-19.

Le méthotrexate un immunosuppresseur largement utilisé.

Les chercheurs britanniques ont notamment mesuré les réponses immunitaires de celles qui se sont fait vacciner contre le Coronavirus. Cette étude a alors révélé qu’interrompre un traitement immunosuppresseur pendant une longue période permet d’améliorer la réponse immunitaire des personnes vulnérables après un vaccin contre le coronavirus.

En effet, ces personnes ont développé une meilleure réponse immunitaire face à la COVID-19 que celles qui ont été doublement vaccinées.

Des études menées sur les patients qui prennent du méthotrexate

Ces travaux de recherche ont été dirigés par l’Oxford Clinical Trials Research Unit (OCTRU). Les chercheurs se sont intéressés aux patients qui se sont vu prescrire du méthotrexate pour des maladies inflammatoires et des affections cutanées telles que le psoriasis. Ils ont compris que cet immunosuppresseur, bien que largement utilisé, réduit la capacité de l’organisme à combattre les infections et à générer une réponse robuste aux vaccins.

Or, environ 1,3 million de personnes se sont vu prescrire ce médicament au Royaume-Uni. Mais les chercheurs ont réussi à établir des résultats pertinents à partir des données récoltées chez les 254 premiers participants à l’étude. La majorité d’entre eux présentent des facteurs de morbidité qui augmentent leur risque de développer la forme grave de la maladie de la COVID-19.

Les personnes qui ont arrêté les immunosuppresseurs réagissent mieux au vaccin COVID-19

Les scientifiques ont examiné l’impact de l’interruption du traitement par méthotrexate après une vaccination de rappel par la COVID-19 chez les adultes atteints de maladies inflammatoires auto-immunes. La décision concernant l’arrêt ou la poursuite du traitement au méthotrexate a été prise de façon aléatoire par un programme informatique.

Ils ont alors mesuré les niveaux d’anticorps spike chez les deux groupes, respectivement à quatre puis douze semaines après leur première dose vaccinale. À noter que l’anticorps spike empêche le virus d’infecter les cellules de l’organisme. Ils ont alors observé un taux d’anticorps élevé chez le groupe qui a arrêté de prendre le traitement comparé à celui qui a continué.

SOURCE : MIRAGNEWS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.