Artemis : SpaceX remporte le contrat pour emmener les astronautes de la NASA sur la Lune

Depuis 1972, avec la mission Apollo 17, plus aucun homme n’a mis les pieds sur la Lune. Mais la NASA entend bien renouveler l’exploit à travers le programme Artemis. Pour construire l’atterrisseur qui lui permettra de réaliser son projet, l’agence aérospatiale américaine a finalement arrêté son choix sur une entreprise désormais célèbre dans le domaine, SpaceX.

SpaceX va donc officiellement s’occuper de la construction de l’atterrisseur lunaire du programme Artemis, baptisé Starship, dans le cadre d’un contrat à 2,9 milliards de dollars. Pour information, parmi les firmes qui ont concouru, il y avait également Blue Origin et Dynetics.

Crédits Pixabay

Avant cette victoire, annoncée la semaine dernière, le chemin fut parsemé d’embûches pour SpaceX. On peut même dire que pas mal de choses jouaient en sa défaveur. Ce qui rend la décision de la NASA encore plus étonnante.

La NASA n’a choisi que SpaceX pour la mission Artemis

La NASA devait donc choisir entre SpaceX, Blue Origin et Dynetics. Si on remonte en 2020, l’agence a initialement attribué des contrats à chacune afin qu’elles fassent leurs preuves. Alors que Blue Origin a bénéficié d’un contrat de 579 millions de dollars, celui de Dynetics valait 253 millions de dollars. Quant à SpaceX, le contrat initial s’élevait à 135 millions de dollars.

Et malgré le fait que les tests effectués par l’entreprise d’Elon Musk aient tous échoué (ses prototypes ont soit explosé soit se sont écrasés), la NASA a tout de même opté pour cette dernière. Le plus étonnant est le fait qu’au final, la NASA ne travaillera qu’avec SpaceX.

En effet, pour respecter une libre concurrence, mais aussi pour s’assurer que l’aboutissement de ce projet soit garanti, la NASA devait à la base collaborer avec deux des trois firmes qui ont candidaté. Cela étant, l’offre commerciale de SpaceX, qui était la moins chère, explique peut-être ce choix.

La décision de la NASA a quand même surpris tout le monde

Comme indiqué, chaque essai de SpaceX a été un fiasco. De plus, d’autres éléments ont joué en défaveur de cette décision de la NASA. Un exemple, lorsqu’Elon Musk a fumé un joint sur un podcast diffusé sur le Web, Jim Bridenstine, l’ancien administrateur de la NASA, n’a pas du tout vu cela d’un bon œil.

De plus, les tests de Starship ne sont pas les seuls qui se sont mal passés. Pour rappel, en 2015, durant le transport d’une cargaison vers l’ISS, l’appareil de SpaceX a explosé. Ensuite, l’une de ses fusées a volé en éclats sur la rampe de lancement, en 2016.

Qui qu’il en soit, la NASA fait apparemment confiance à SpaceX. Avec ce contrat de 2,9 milliards de dollars, montre que sa société assoit sa position de concurrent de taille dans le domaine spatial.

Mots-clés NASA Artemisspacex