Assassin’s Creed Valhalla accusé de discrimination à cause du descriptif d’un PNJ, Ubisoft s’excuse

Asssassin’s Creed est une licence très lucrative pour Ubisoft, développée depuis plusieurs années. Cette dernière a eu droit à plusieurs épisodes, dont le dernier en date n’est autre que Valhalla. Un jeu commercialisé le 10 novembre dernier, RPG en monde ouvert se déroulant lors de l’âge des Vikings. Le joueur incarne Eivor (qui peut être un homme ou une femme), se dirigeant vers l’Angleterre pour faire fortune en partant de Norvège. Il faudra alors faire grandir sa colonie et avancer dans l’histoire du personnage. Combats, infiltration, quêtes… Le programme est riche pour Assassin’s Creed Valhalla, qui est cross-gen.

Malheureusement, certaines polémiques pointent le bout de leur nez, comme à l’époque avec Assassin’s Creed Odyssey.

Une image d'Assassin's Creed Walhalla

Une image d’Assassin’s Creed Walhalla – Crédits Ubisoft

Cette fois-ci, c’est la description d’un PNJ dont le visage est brûlé qui a été jugée discriminante, rapporte Comicbook. Ubisoft s’est excusé avec le compte officiel du jeu.

Ubisoft s’exprime sur Twitter et s’excuse

Beaucoup de joueurs se sont lancés dans l’aventure Assassin’s Creed Valhalla, faisant alors du bruit. Malheureusement, certains retours n’ont pas été positifs comme la description d’un PNJ dans le jeu. C’est Courtney Craven, fondatrice de Can I Play That?, site consacré à l’accessibilité dans le jeu vidéo, qui a interpellé Ubisoft à ce propos.

La femme a découvert un PNJ au visage brûlé qui vit dans la peur « que quelqu’un regarde son visage ». La suite de la description explique qu’il s’agit de Eorforwine qui « soulage sa fureur dans des éclats de violence » en repensant à l’incident qui l’a défigurée.

Pour Courtney Craven, cette description est « absolument inacceptable ». Ubisoft a alors décidé de répondre, « merci beaucoup d’avoir signalé cela, nous nous excusons d’avoir involontairement renforcé la stigmatisation avec cette description. Nous la supprimerons dans une prochaine mise à jour ».

Courtney Craven explique qu’après avoir testé Assassin’s Creed Valhalla pour Can I Play That?, elle a décidé de ne pas y évoquer ce qu’elle considère comme une discrimination. La femme précise qu’il est « tout aussi important d’en parler », et qu’il est « absolument inacceptable de parler des différences faciales de cette façon, les développeurs de jeux et autres doivent faire mieux ».