L’atmosphère des exoplanètes pourrait permettre de détecter la vie extraterrestre

D’après de nouvelles études, les éléments biologiques dans les atmosphères de planètes pouvant potentiellement abriter la vie, en dehors de notre système solaire, peuvent aider à détecter la vie extraterrestre.

Pour détecter ces empreintes atmosphériques de la vie, appelées biosignatures, les scientifiques vont utiliser des télescopes de nouvelle génération capables de mesurer la composition des gaz entourant les planètes situées à des années-lumière.

Espace

La composition de l’atmosphère affectée par les changements saisonniers

Des scientifiques de l’Université de Californie, Riverside (UCR) aux États-Unis sont en train de développer un nouveau moyen de mesurer la quantité de biosignatures dynamiques des exoplanètes, en se basant sur les changements saisonniers de l’atmosphère terrestre.

En effet, en tournant autour du soleil, l’axe incliné de la Terre fait que différentes régions reçoivent plus de rayons à différents moments de l’année. Les signes les plus visibles de ce phénomène sont les changements dans les conditions météorologiques et la durée des jours, mais la composition de l’atmosphère en est également affectée. Dans l’hémisphère nord par exemple, où se trouve la plus grande partie de la végétation mondiale, la croissance des plantes en été se traduit par des niveaux nettement plus faibles de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Et inversement pour l’oxygène.

“La saisonnalité atmosphérique est une biosignature prometteuse car elle est biologiquement modulée sur Terre et est susceptible de se produire sur d’autres mondes habités”, a déclaré Stephanie Olson de l’Université de Californie, Riverside (UCR). “L’analogie de la vie basée sur la saisonnalité n’exigerait pas une compréhension détaillée de la biochimie extraterrestre, car elle se présente comme une réponse biologique aux changements saisonniers de l’environnement, plutôt que comme une conséquence d’une activité biologique spécifique à la Terre.”, a déclaré Olson.

De nouvelles opportunités de découverte d’exoplanètes pouvant abriter la vie

Les scientifiques ont appris en outre que les orbites extrêmement elliptiques pourraient produire une saisonnalité sur les planètes extrasolaires, élargissant du coup les possibilités dans la recherche d’exoplanètes. Les chercheurs ont identifié les opportunités et les pièges associés à la caractérisation de la formation et de la destruction saisonnières de l’oxygène, du dioxyde de carbone et du méthane, ainsi qu’à leur détection à l’aide d’une technique d’imagerie appelée spectroscopie. Ils ont également modélisé les fluctuations de l’oxygène atmosphérique sur une planète abritant la vie et à faible teneur en oxygène, comme la Terre il y a des milliards d’années.

Les scientifiques ont découvert par ailleurs que l’ozone (O3), qui est produit dans l’atmosphère par des réactions impliquant l’oxygène gazeux (O2), serait un marqueur plus facilement mesurable de la variabilité saisonnière de l’oxygène sur les planètes faiblement oxygénées, (par rapport à l’O2 lui-même).