On a récrée l’atmosphère de Titan en laboratoire

Actuellement, la communauté scientifique recherche toujours des preuves de l’existence d’autres formes de vie en dehors de notre planète. Beaucoup pensent en trouver sur Mars néanmoins des chercheurs ont pris le parti d’analyser un satellite qui pourrait bien refléter les premiers stades de l’évolution de la vie sur Terre. Il s’agit de Titan, la plus grande lune de Saturne.  

Des scientifiques pensent effectivement que Titan peut nous apprendre plus sur l’état de la Terre il y a environ 2,8 milliards d’années, soit durant l’ère mésoarchéenne durant laquelle les cyanobactéries photosynthétiques ont créé les premiers systèmes de récifs et ont converti le dioxyde de carbone atmosphérique de la Terre en oxygène gazeux.

Crédits Pixabay

Des chercheurs d’IBM ont alors réussi à recréer les conditions atmosphériques de Titan dans un laboratoire pour espérer voir ces phénomènes d’un peu plus près.

Les scientifiques se sont intéressés aux « tholins »

Les scientifiques à l’origine de cette étude parue dans Astrophysical Journal sont le Dr Fabian Schulz, le Dr Julien Maillard et d’autres chercheurs d’IBM Research-Zurich, de l’Université de Paris-Saclay, de l’Université de Rouen à Mont-Saint-Aignan et de l’Institut Fritz Haber du Max Société Planck, nous rapporte Universe Today.

Jusqu’à maintenant, les scientifiques ignorent quels processus ont engendré l’atmosphère de Titan et plus précisément, la structure chimique à l’origine des grosses molécules qui composent sa brume. Des astrochimistes ont déjà mené des expériences en laboratoire en utilisant des molécules organiques similaires appelés tholins. Il s’agit d’une variété de composés organiques contenant du carbone qui se forment à partir de l’exposition aux rayons cosmiques ou aux rayons ultra-violets provenant du soleil.

A lire aussi : Titan abrite peut-être un océan de 300 mètres de profondeur

Des résultats optimistes qui ouvrent la voie à l’analyse d’autres matériaux astrobiologiques

Dans leur étude, les scientifiques ont observé les tholins à différents stades de formation dans un environnement de laboratoire. Les scientifiques ont expliqué avoir utilisé un mélange de méthane et d’azote et provoqué des réactions chimiques par décharge électrique pour imiter les conditions atmosphériques de Titan.

D’après le chercheur Conor A.Nixon du Goddard Space Flight Center de la NASA, « l’analyse typique de composés générés en laboratoire à l’aide de techniques telles que la spectroscopie de masse révèle les proportions relatives des divers éléments mais pas la liaison et la structure chimiques. Pour la première fois, nous voyons ici l’architecture moléculaire de composés synthétiques similaires à ceux que l’on pense causer la brume orange de l’atmosphère de Titan ».

Ces résultats fournissent ainsi de nouvelles informations aux scientifiques pour analyser les matériaux astrobiologiques, dont les météorites et les échantillons de corps planétaires.

Mots-clés titan