Atos dévoile X1310, son supercalculateur à base de puces Cavium

Atos, le leader international de la transformation digitale, continue de travailler d’arrache-pied sur le supercalculateur exaflopique européen. Le groupe utilise de la technologie ARM pour atteindre ses objectifs et ajoute le nouveau Bull Sequana X1310 à sa gamme de supercalculateurs. Il a donc profité de la conférence ISC High Performance qui a eu lieu à Francfort pour lever le voile sur cet appareil hautes performances qui embarque les processeurs ARM.

Comme il fallait s’y attendre, le  X1310 fonctionnera sur des puces ThunderX2 de Cavium, la deuxième génération de puces pour serveurs du fabricant comprenant 54 cœurs. Il s’agit d’un supercalculateur ouvert compatible avec les technologies d’avenir de classe exascale, qui le rendront capable à terme de traiter un milliard de milliards d’opérations par seconde.

Atos

Le X1310, dérivé du modèle X1000 à base de Xeon et de Xeon Phi, devrait être disponible à l’achat au cours du second trimestre 2018.

Une conception inscrite dans le projet Mont Blanc

Aujourd’hui, Atos est à la tête de la troisième phase du projet Mont-Blanc. Il s’agit d’un projet européen visant à développer des supercalculateurs éco-efficaces. La firme française a pour objectif de définir l’architecture d’un nœud de calcul de classe exascale fonctionnant avec des processeurs ARM et pouvant être commercialisée.

Pour leurs recherches et leurs évaluations, les partenaires Mont-Blanc se baseront sur une plateforme de test développée par Atos qui exploitera l’architecture Bull Sequana X1000. Atos intégrera donc le X1310 dans sa gamme de produits standard.

L’ARM au centre d’intérêt de nombreuses entreprises

Atos accorde une attention particulière à la plateforme qui domine l’informatique mobile et compte parmi les précurseurs du calcul hautes performances sur ARM. Cependant, la société n’est pas la seule à afficher son intérêt pour cette technologie dans le HPC.

E4 Computer Engineering, une entreprise italienne, a mis au point des clusters à base de ThunderX de première génération qui sont en vente depuis 2015. Au début de l’année 2017, Cray a lancé en Grande-Bretagne un supercalculateur ARM. La plate-forme à base de ThunderX2 de Penguin Computing vient aussi d’être dévoilée.

À l’heure où les centres de données sont de plus en plus énergivores, HPE, Dell et Lenovo se penchent également sur le sujet étant donné que la propension d’ARM absorbe peu d’énergie.