AT&T souhaite améliorer la sécurité de l’Internet des Objets

Depuis un certain temps, le marché de l’Internet des objets Connectés (IoT) est en plein essor. Toutefois, certains observateurs ont constaté que celui-ci serait freiné par son manque d’interopérabilité. La sécurité des objets connectés est souvent remise en question. Ces appareils sont effectivement les plus vulnérables aux cyberattaques. Visiblement, pour que cette industrie puisse perdurer, un renforcement de la sécurité de ces objets est nécessaire.

Ainsi, IBM, Nokia, Symantec, Palo Alto Networks et Trustonic ont décidé de s’unir afin de sécuriser l’IoT. Ces différents acteurs ont alors formé une alliance avec l’opérateur AT&T. Spécialisés dans différents domaines d’activité, ils vont compter sur la combinaison de leur expertise et de leurs compétences.

AT&T IoT

AT&T est conscient de l’urgence et de l’importance des enjeux que représente la sécurité de ces objets. L’Alliance prévoit alors la création d’un écosystème IoT salutaire.

Une cible privilégiée des cybercriminels

Les objets connectés sont des points d’entrée des cyberattaques. Ils sont souvent ciblés par des attaques DDoS massives. Le groupe d’acteurs a remarqué une augmentation de 3 198 % du taux d’analyse de vulnérabilités. Cette étude prend en compte tous les attaquants de ces trois dernières années. Bill O’Hern est responsable des services de sécurité chez AT&T. Il a confirmé que : « chaque périphérique connecté est un nouveau point d’entrée potentiel pour les cyberattaques. »

Les objets connectés concernent plusieurs catégories d’utilisateurs. Ces dispositifs se présentent sous plusieurs formes, en fonction des services. Il y a, par exemple, la voiture connectée, le stimulateur d’une cafetière ou même d’un cœur. Ainsi, un cybercriminel peut atteindre, non pas seulement la vie privée, mais aussi la santé d’un utilisateur particulier. C’est probablement l’une des principales raisons pour lesquelles 58 % de ceux qui les utilisent s’en méfient (selon une étude de l’AT&T).

Trouver des solutions pour combler les failles

D’après le responsable, les leaders et innovateurs du secteur doivent collaborer pour lutter contre l’exploitation de ces périphériques. Ils seraient sensés « travailler ensemble pour aider l’industrie à trouver des approches de sécurité plus holistiques pour l’IoT. » Leur démarche consisterait avant tout en l’information des consommateurs et en l’éducation de l’industrie. Ces derniers devraient connaitre les solutions qui permettent de protéger les objets connectés.

L’Alliance focalisera donc ses efforts dans la réalisation d’études sur l’analyse des risques. Concrètement, elle va effectuer des recherches sur les vulnérabilités des différentes couches applicatives. Elle compte également trouver les moyens de combler ces failles. Par ailleurs, elle a pour objectif de faciliter l’accès à la sécurisation des objets connectés.

Mots-clés sécurité