On en sait un peu plus sur les attaques soniques visant les diplomates américains

Depuis 2016, plusieurs diplomates américains basés à Cuba, en Chine et en Russie sont sujets à des malaises dont l’origine est restée pendant longtemps inconnue. En général, ces derniers se plaignent de pertes auditives et de symptômes neurologiques en tout genre. D’après les chercheurs, certains disent avoir entendu « un bruit violent et soudain dans l’oreille, parfois comparé à un hurlement, à un chant ou à un cliquetis, accompagné d’une sensation de pression intense dans la tête et d’une douleur diffuse sur le crâne. »

Des enquêtes ont alors été menées pour déterminer la cause de ce mal étrange. Les chercheurs sont arrivés à la conclusion que des attaques soniques étaient à l’origine de ce syndrome dit « de la Havane. »

Crédits Unsplash

Le 7 décembre 2020, l’Académie américaine des Sciences de Washington a publié un rapport qui nous en dit plus sur ces attaques.

Des ondes radio de faible fréquence en cause

Les chercheurs ont indiqué dans ce rapport qu’il y avait de fortes chances pour que ce syndrome soit provoqué par des ondes radio de faible fréquence.

« Dans l’ensemble, les pulsations d’ondes radio à basse fréquence, en particulier chez ceux qui ont eu des symptômes précoces, s’avèrent être le mécanisme le plus plausible pour expliquer ces cas parmi ceux que le comité a examinés », stipule le rapport.

Qui plus est, tous les symptômes qui ont été rapportés par les malades « correspondent à l’effet que peuvent produire des pulsations d’ondes radio à basse fréquence sur le cerveau. » Avant d’arriver à cette conclusion, les chercheurs ont exploré d’autres possibilités, comme l’exposition à des composants chimiques ou les maladies infectieuses.

Les États-Unis menacés ?

Le rapport de l’Académie américaine des Sciences révèle que ces attaques étaient ciblées. Certains des diplomates qui ont souffert de ces symptômes auraient expliqué que « les effets s’amenuisaient ou disparaissaient en changeant de pièce. »

Les chercheurs ont soulevé une question intéressante et pour le moins pointilleuse. Ils se sont en effet interrogés sur la provenance de ces ondes radios. Dans leur rapport, ils soulignent que la Russie fait partie des pays qui ont utilisé cette technologie par le passé.

Les auteurs de ce rapport invitent le gouvernement américain à prendre au sérieux cette menace qui met en danger la santé des diplomates installés à l’étranger.