Se rapprocher de la vitesse de la lumière en chevauchant des supernovas ?

Un des rêves des scientifiques travaillant dans le domaine spatial serait de pouvoir un jour mettre les pieds sur une planète inconnue. Hormis celles qui se trouvent dans notre système solaire, les autres planètes se situent cependant à des distances phénoménales qui se comptent en années-lumière. Avec les vaisseaux spatiaux actuels, il serait impossible pour les humains de les atteindre.

Dans une étude récemment publiée en ligne et dans la revue Scientific American, Manasvi Lingam et Abraham Loeb, Professeurs à Harvard, proposent une méthode qui pourrait permettre à un vaisseau spatial interstellaire d’aller à une vitesse jamais atteinte jusqu’ici. Il s’agit en quelque sorte de « surfer » sur les vagues produites par l’explosion d’une supernova.

Crédits Pixabay

Selon les deux chercheurs, il est possible qu’une civilisation suffisamment avancée puisse profiter de l’énergie immense produite par une supernova pour atteindre des vitesses relativistes, c’est-à-dire des vitesses se rapprochant de celle de la lumière.

Plus léger, plus rapide

Pour pouvoir utiliser l’énergie d’une supernova, un vaisseau spatial devrait être muni d’une voile solaire ou bien d’une voile magnétique, deux modes de propulsion explorés en profondeur par les astrophysiciens. Ces concepts se basent sur le principe que les radiations électromagnétiques émises par le soleil créent une pression au niveau d’une voile hautement réfléchissante. Ainsi, ce genre de système n’a pas besoin de moteurs ni de carburant.

Avec les vaisseaux spatiaux classiques fonctionnant à l’aide d’un système de propulsion chimique, une grande partie de la masse de l’appareil provient du carburant. Si l’on utilise une voile solaire ou magnétique, l’astronef sera bien plus léger et sera ainsi plus facile à lancer.

Pourquoi une supernova ?

D’après les explications de Loeb, une supernova pourrait accélérer une voile solaire avec une masse inférieure à 0,5 g par m² à des vitesses relativistes, et cela même si la voile se trouve à des millions de kilomètres. En effet, l’énergie et la luminosité produites par une supernova sont équivalentes à ce qu’un milliard de soleils généreraient en l’espace d’un mois.

En termes de vitesse, l’énergie produite par le soleil pourrait pousser une voile à 0,01% ou un millième de la vitesse de la lumière. Avec l’énergie générée par une supernova, cette valeur pourrait s’élever jusqu’à un dixième de la vitesse de la lumière, voire plus.

Evidemment, sur le papier, chevaucher les vagues générées par des supernovas semble tout à fait faisable, mais dans la réalité, il y a encore beaucoup d’obstacles à surmonter avant de pouvoir le réaliser. Par exemple, les supernovas sont rares et il est très difficile de prévoir quand une étoile va exploser. Il y a aussi tous les défis au niveau de l’ingénierie. En tout cas, l’avenir nous dira si un jour les humains pourront effectivement voyager en utilisant des voiles solaires ou magnétiques.

Mots-clés astronomieespace