Attention, 50 % des préservatifs du marché seraient non conformes à la réglementation

Les préservatifs défectueux peuvent exposer les consommateurs à de nombreux dangers. C’est pour cela que leur production est soumise à des réglementations très strictes. Malheureusement, la moitié des préservatifs qui se trouvent sur le marché ne rempliraient pas toutes les conditions exigées par les autorités.

Grâce à une enquête publiée le 19 octobre 2020 par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), on apprend que 50% des préservatifs mis en vente sur le marché français ne sont pas conformes à la réglementation. Cette nouvelle a de quoi alarmer les consommateurs.

Un homme se tenant la tête dans les mains
Crédits Pixabay

Toutefois, la DGCCRF a précisé que la plupart de ces préservatifs ne mettaient pas en danger la santé des utilisateurs.

Des étiquettes qui ne respectent pas la réglementation

D’après la DGCCRF, les résultats de cette enquête menée en 2019 ont révélé que la plupart des préservatifs commercialisés en France présentent des lacunes au niveau des informations fournies aux utilisateurs. Ils en sont arrivés à cette conclusion après avoir passé au crible 14 échantillons dont certains ne répondaient pas aux normes en vigueur.

Certains de ces échantillons avaient un « étiquetage incomplet » ou une « notice lacunaire. » La DGCCRF a pris des mesures à l’encontre des fabricants de ces préservatifs. En guise de sanction, elle a émis trois avertissements et une injonction.

A lire aussi : En matière de préservatifs, la taille compte finalement pas mal

La DGCCRF prend des mesures plus sévères

La DGCCRF s’est néanmoins montrée très sévère envers les fabricants dont les produits présentaient des perforations. Comme le révèle l’enquête, l’un de ces échantillons présentait des perforations. Ce genre de défaut peut exposer les utilisateurs à des grossesses non désirées et des MST.

Cet échantillon a été jugé non conforme et dangereux. La DGCCRF a décidé de sanctionner son fabricant en entamant une procédure de retrait/rappel du préservatif en question. Elle estime que ce genre d’enquête est nécessaire. Sa mise en place oblige les fabricants à être plus rigoureux.  Qui plus est, d’après la DGCCRF, ces investigations contribuent à la sensibilisation des professionnels du secteur du préservatif à l’entrée en application du nouveau règlement (UE) 2017/745 relatif aux dispositifs médicaux, qui sera en vigueur le 26 mai 2021.

A lire aussi : Une association suédoise demande à la NASA d’envoyer des préservatifs dans l’espace

« Les nouvelles investigations menées auprès des professionnels déjà contrôlés en 2017-2018 ont permis de constater qu’ils avaient mis un terme aux non-conformités relevées alors », a indiqué la DGCCRF.

La dernière vidéo de la chaîne

Si vous aimez les produits tech, alors n’hésitez pas à nous rejoindre sur notre chaîne YouTube.

Le dernier test publié sur la chaîne, le test des Reno4 et Reno 4 Pro de Oppo

La Fredzone est également sur Google Actualités, pensez à vous abonner à notre flux !

Mots-clés santésexualité