Attention messieurs, le Covid-19 pourrait vous rendre infertile

Des médecins israéliens ont récemment révélé que le Covid-19 endommage le sperme, même des semaines après la guérison. Ils ont fait part de leurs inquiétudes quant à la possibilité d’une stérilité permanente, après avoir examiné des études réalisées dans le monde entier.

En général, la quantité de sperme et la capacité de mouvement des spermatozoïdes atteints du Coronavirus ont diminué de 50%.

Une illusion d'optique reposant sur le reflet d'un homme

Photo de Randy Jacob – Unsplash

Dan Aderka, professeur à l’Université de Tel-Aviv, a mené une analyse approfondie en se référant à une quarantaine d’études effectuées sur ce sujet. Actuellement, il commence à mettre en place un système de contrôle continu sur des patients guéris à Sheba, en Israël. L’objectif serait d’évaluer l’impact à long terme de la maladie sur la fertilité masculine.

Les résultats d’une étude chinoise tendent à confirmer les préoccupations du professeur concernant l’état des testicules des personnes atteintes du Coronavirus. Les dégâts étaient concentrés sur les deux cellules directement responsables de la production de sperme.

Un impact sur la fonction testiculaire

Les chercheurs chinois ont été les premiers à avoir détecté l’effet du Covid-19 sur la fonction testiculaire. En théorie, toute cellule portant le récepteur ACE2 pourrait être infectée, car celui-ci permet au virus de se fixer et d’entrer dans la cellule. Or, les spermatogonies, les cellules de Leydig et les cellules de Sertoli en sont toutes pourvues.

La recherche a été effectuée chez des hommes hospitalisés et infectés par le Covid-19 et en âge de procréer. Les scientifiques ont comparé leurs dosages hormonaux sanguins à ceux d’un autre groupe en bonne santé.

Ils ont alors constaté que les patients infectés présentent une production anormale de testostérone.

Le virus s’incruste dans le sperme

Les chercheurs ne peuvent pas encore mesurer l’ampleur du dommage, mais ils affirment que le virus se trouve dans le sperme de 13% des patients masculins infectés. Ils ont par contre précisé que cela ne signifie pas que celui-ci peut être transmis sexuellement. En outre, ils ont remarqué que, un mois après la guérison, il n’y a plus de traces d’acide ribonucléique (ARN) du Coronavirus dans le sperme.

« Les hommes ont une réduction d’environ 50% en moyenne du nombre de spermatozoïdes par millilitre du volume total de l’éjaculat et de la motilité du sperme », a déclaré le professeur Dan Aderka.

Néanmoins, la charge virale serait faible si le système immunitaire arrive à vaincre le virus. Dans ce cas, il n’y aurait qu’un impact minimal sur le sperme. Les médecins ont également avancé que cette charge qui pénètre dans l’organisme a tendance à être plus faible si les patients sont protégés par un masque.