Au Danemark, les éoliennes deviennent des parkings à vélos

Le Danemark a trouvé un nouveau moyen de recycler les éoliennes. Ces dernières, ou plus précisément leurs pales, intègreront le mobilier urbain local en tant qu’abris pour vélos quand elles sont en fin de vie.

Les pays nordiques sont des modèles à suivre en matière de technologies d’énergie renouvelable. Et parmi eux, c’est le Danemark qui enregistre la plus importante progression en la matière. Les éoliennes constituent ainsi des éléments intégrés à son paysage. Elles lui permettent déjà par ailleurs de couvrir 40 % de ses besoins énergétiques, un taux qui devrait dépasser les 70 % dans moins de 20 ans. Le recyclage a cependant toujours constitué un problème pour ces dispositifs. Les éoliennes ne peuvent en effet être utilisées que pendant 20 ans. Heureusement que l’ingéniosité de certaines entreprises danoises leur a permis de répondre à l’exigence de durabilité pour de telles technologies. Il sera ainsi possible de voir dans certaines localités danoises des parkings à vélos ou des passerelles conçues avec des pales d’éoliennes.

Un parc éolien
Crédits Unsplash

Les pales qui ne sont pas incinérées au Danemark ne devront plus finir dans les décharges. Elles deviendront des éléments utiles pour un moyen de transport écologique. Un exemplaire est déjà visible à Aalborg.

A lire aussi : Windcatcher, un mur d’éoliennes plus grand que la Tour Eiffel

Le port d’Aalborg théâtre d’un mariage entre énergie renouvelable et mobilité douce

Comme de nombreux pays ayant déjà adopté en masse les éoliennes, le Danemark est confronté depuis quelques années au problème du recyclage des matériels utilisés dans ce type d’installation. Ceux-ci sont devenus de plus en plus nombreux à rejoindre les décharges qui pourraient être débordées d’ici quelques années. Mais ce problème a déjà été anticipé par les dirigeants du pays qui ont demandé à plusieurs entreprises de réfléchir sur les possibilités de réutiliser les pales.

Re-Wind fait partie de ces entreprises. Ses recherches de solutions alternatives aux moyens traditionnels d’élimination des éoliennes ont abouti à un concept consistant en l’intégration des pales dans l’univers urbain. Le premier aboutissement du projet, un garage à vélo, constitue déjà un élément caractéristique du port d’Aalborg. Plusieurs autres mariages entre énergie renouvelable et mobilité douce devraient suivre dans les mois et les années à venir dans tout le pays.

Un exemple devant être suivi par Belfast

Mais pourquoi un parking à vélo ? Puisque ce moyen de transport ne cesse de gagner en importance au Danemark. Il représente près de 1/5e des déplacements par an des Danois. Rien qu’à Copenhague, la capitale, le cap de 700 000 vient d’être dépassé en termes de nombre de vélos en circulation. De plus, les Danois peuvent profiter de pas moins d’une dizaine de milliers de pistes cyclables.

Le Danemark ne devrait pas cependant rester longtemps en tant que seul pays à mettre en œuvre un tel projet. Re-wind s’intéresse également à l’Irlande du Nord et y réalise déjà des tests pour recycler les pales d’éoliennes. Les idées ne manquent pas, allant des passerelles aux murs antibruits, en passant par les skateparks et les gradins de stade.